Daech : les Etats-Unis accusent l'Irak de ne pas combattre

le , mis à jour à 11:40
0
Daech : les Etats-Unis accusent l'Irak de ne pas combattre
Daech : les Etats-Unis accusent l'Irak de ne pas combattre

Des propos peu diplomatiques envers l'armée irakienne. Une semaine après la prise de Ramadi, située à seulement une centaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad, la capitale irakienne, le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, accuse l'armée irakienne d'avoir laissé la ville au groupe de l'Etat islamique (EI) sans véritablement combattre. 

Dans le même temps, différentes sources font état de l'exécution de plusieurs centaines de personnes par l'EI à Palmyre, en Syrie.

«Pas de volonté de se battre.» Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, n'y va pas par quatre chemins. Les soldats irakiens «dépassaient largement en nombre les forces adverses», mais «ils ne sont pas parvenus à se battre» et «se sont retirés de la zone» de Ramadi, a regretté le chef du Pentagone, dimanche, sur CNN. Les bombardements aériens de la coalition internationale menée par les Etats-Unis «sont efficaces, mais (...) rien ne peut remplacer la volonté des forces irakiennes de se battre. C'est seulement si elles combattent que l'EI peut être vaincu», a-t-il ajouté.

Le Premier ministre irakien, Haider al-Abadi, s'est inscrit en faux contre ces accusations. Ashton Carter «a reçu des informations inexactes», a déclaré al-Abadi dans une interview à la BBC. Le chef du gouvernement irakien a assuré que Ramadi serait reprise «dans quelques jours» par les forces irakiennes.

Les Etats-Unis n'ont «rien fait» pour aider l'armée irakienne, a accusé ce lundi le général Ghassem Souleimani, un haut responsable des Gardiens de la révolution iraniens, une milice paramilitaire. «Quelle est la distance entre Ramadi et la base al-Assad où les avions américains sont basés ? Comment pouvez-vous vous installer là-bas sous prétexte de protéger les Irakiens et ne rien faire. Ceci n'est pas autre chose que d'être complice d'un complot», a-t-il accusé.

Depuis le début de l'offensive de l'EI en Irak en juin 2014, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant