Daech : la Turquie dément tout accord concernant ses bases aériennes

le
0
Daech : la Turquie dément tout accord concernant ses bases aériennes
Daech : la Turquie dément tout accord concernant ses bases aériennes

La Turquie n'a pas conclu de "nouvel accord" avec les Etats-Unis autorisant l'accès de ses bases aux avions de la coalition internationale qui mènent des frappes contre des cibles des jihadistes en Syrie et en Irak. Ce démenti d'une source gouvernementale turque, recueilli par l'AFP, fait suite aux déclarations dimanche d'un reponsable américain de la Défense. «Les détails de l'utilisation (des bases turques pour la lutte contre l'EI, ndlr) sont toujours en cours d'élaboration», avait déclaré ce dernier sous le couvert de l'anonymat..

L'armée de l'air américaine utilise depuis longtemps la base d'Incirlik, dans le sud de la Turquie, et environ 1.500 de ses hommes y sont stationnés. Mais jusqu'à présent, les avions américains employés pour les bombardements contre le groupe Etat islamique décollent des bases aériennes d'Al-Dhafra aux Emirats arabes unis, d'Ali al-Salem au Koweït et d'Al-Udeid au Qatar, où se trouve également le centre opérationnel aérien américain pour 20 pays de la région (CAOC). Cette dernière base est dotée d'une piste d'atterrissage de 4,5 kilomètres et constitue un important centre logistique, où se trouve notamment un vaste dépôt de munitions.

Des avions de combat américains F-16 sont également stationnés depuis l'année dernière en Jordanie, et le Pentagone a des accords avec Oman pour l'utilisation de bases militaires. L'armée américaine peut en outre utiliser la base de Diego Garcia, un territoire britannique de l'océan Indien, pour des bombardiers B-52, B-1 et B-2.

Soutenir une troisième force luttant contre Assad et Daech

Au cours d'un entretien téléphonique avec son homologue turc Ismet Yilmaz, le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a remercié la Turquie pour «sa disposition à contribuer aux efforts de la coalition» internationale contre l'EI, «notamment en hébergeant et en entraînant des membres de l'opposition syrienne», selon son porte-parole, le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant