Daech : l'otage John Cantlie face à un francophone dans une vidéo de propagande

le
0
Daech : l'otage John Cantlie face à un francophone dans une vidéo de propagande
Daech : l'otage John Cantlie face à un francophone dans une vidéo de propagande

La propagande du groupe Etat islamique (EI) bat son plein. Une nouvelle vidéo, diffusée lundi par l'aile média de Daech (Al Hayat Media Center), montre l'otage britannique John Cantlie interroger un jihadiste qui, s'exprimant en français, se «réjouit» des attentats de janvier en France et appelle à d'autres actions.

Cette séquence tout comme le reste de la vidéo de 12 minutes sont filmés dans la ville d'Alep, en Syrie. En introduction, John Cantlie prévient qu'il s'agit du «dernier film de cette série». Une précision pour le moins intrigante...

L'otage est en effet apparu dans deux séries de vidéos depuis septembre dernier. L'une est intitulée «Lend Me Your Ears» (Prêtez-moi vos oreilles), tandis que l'autre présente plusieurs villes importantes situées dans la zone d'influence de l'EI. «Inside Halab» («Dans Alep») succède ainsi aux vidéos «Inside Kobani» et «Inside Mosul». Annonce-t-il aujourd'hui la fin de cette série ? Ou le dernier film de l'EI dans lequel il apparaît ? L'EI maintient le suspense.

Pour le reste, «Inside Halab» oscille entre le documentaire touristique et le plaidoyer politico-religieux. Il est toujours difficile de savoir si l'otage parle sous le contrainte ou s'il approuve une partie de ses dires. Insistant d'abord sur «les ruines laissées par deux années de guerre», John Cantlie décrit avec emphase l'architecture et les marchés de la ville, comme les champs alentours. Après avoir commenté les attaques de drones américains, il qualifie Alep de «lieu de sérénité et de réelle beauté».

Cantlie assure que l'EI veut promouvoir l'éducation des futurs moujahidins. Il présente aussi succinctement la charia, que l'Etat islamique veut faire respecter : «Si vous êtes condamné pour vol, avec un nombre correct de témoins, votre main est tranchée. Ça parait dur mais vous n'allez pas commettre le même crime à nouveau et cela va dissuader les autres de faire la même ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant