D. Börse et LSE pensent réduire le seuil de succès de la fusion

le
0
    11 juillet (Reuters) - Deutsche Börse  DB1Gn.DE  et London 
Stock Exchange envisagent  d'abaisser le seuil d'approbation par 
les actionnaires du groupe allemand pour mener à bien leur 
projet de fusion, dont la mise en oeuvre a été compliquée par le 
vote britannique en faveur de la sortie de la Grande-Bretagne de 
l'Union européenne. 
    L'opérateur de la Bourse de Francfort a expliqué dimanche 
que le seuil de 75% des actionnaires favorables au projet prévu 
jusqu'à présent pourrait être difficile à atteindre en raison du 
fait que des fonds indiciels qui détiennent 15% de son capital 
ne peuvent pas approuver l'offre tant que le seuil minimal 
d'approbation n'a pas déjà été atteint.  
    Lundi, les deux alliés ont déclaré chacun de leur côté 
étudier la possibilité d'abaisser ce seuil minimal "dans le but 
de permettre aux fonds indiciels de participer à l'offre".    
    Une décision sur l'abaissement du seuil minimum sera prise 
dans la journée, ont-ils précisé.   
    "Le fait que Deutsche Börse envisage d'abaisser le seuil 
nous incite à penser que le vote pourrait être bien plus serré 
que celui de 99% obtenu par LSE", ont commenté les analystes de 
Keefe, Bruyette & Woods (KBW) dans une note.  
    L'opérateur de la Bourse de Londres a fait valider lundi 
dernier le projet de fusion par son assemblée générale avec plus 
de 99,8% de votes favorables.    
    Les actionnaires de Deutsche Börse, eux, ont jusqu'à mardi 
pour se prononcer par correspondance. Mais un éventuel 
abaissement du seuil d'acceptation devrait conduire à une 
prolongation du vote de deux semaines.  
    Pour Jonathan Goslin, analyste de Numis Securities, la 
procédure est purement technique mais le projet a des obstacles 
plus importants à franchir, principalement les autorisations des 
autorités concernées.   
    LSE a annoncé jeudi dernier que les Etats-Unis et la Russie 
avaient approuvé la fusion, mais le feu vert des régulateurs 
allemands et britanniques et celui de l'Union européenne 
risquent d'être plus difficiles à obtenir. 
    Le mois dernier, la BaFin, l'autorité des marchés allemands, 
a estimé qu'il était difficile d'envisager que le siège du 
nouveau groupe soit installé à Londres si la Grande-Bretagne 
quittait l'UE.       
 
 (Vera Eckert et Noor Zainab Hussain; Julie Carriat et Marc 
Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant