D.Bank-Les frais juridiques pèsent encore sur les profits

le
0

(Actualisé avec précisions, cours de Bourse) FRANCFORT, 30 juillet (Reuters) - Deutsche Bank DBKGn.DE a fait savoir jeudi que ses nouveaux objectifs risquaient d'être remis en cause par de lourdes charges liées à des litiges tout en publiant des résultats trimestriels conformes au consensus pour l'essentiel. La première banque allemande par la capitalisation a expliqué qu'elle risquait de ne pas réaliser les objectifs du plan "Stratégie 2020", notamment un retour sur les capitaux propres retraités des survaleurs (ROTE) de plus de 10% contre 5,7% actuellement, si ce type de charge continuait à évoluer au même rythme et à la même ampleur que par le passé. L'action Deutsche Bank n'en gagne pas moins près de 2,5% en Bourse de Francfort. Deutsche Bank publie ses premiers comptes sous la houlette de son nouveau président du directoire John Cryan, qui en a pris la tête après la démission de ses co-prédécesseurs Anshu Jain et Jürgen Fitschen. Les investisseurs attendent de Cryan qu'il promeuve des réformes plus radicales et qu'il réduise sensiblement les coûts d'un établissement qui ploie sous une série de scandales et d'amendes. "Les difficultés sont également évidentes au vu de coûts inacceptables, du fardeau persistant de nos charges de contentieux, d'un bilan qui doit être plus efficace et des retours médiocres réservés à nos actionnaires", déclare John Cryan dans un communiqué. La banque a eu maille à partir avec les autorités de supervision de part et d'autre de l'Atlantique ces trois dernières années et a versé plus de neuf milliards d'euros de pénalités et amendes depuis 2012, ce qui a ralenti d'autant sa restructuration. Le bénéfice imposable ressort à 1,2 milliard d'euros au deuxième trimestre, en hausse de 34% et tout juste en deçà du consensus. Des charges pour frais de contentieux d'un montant égal ont grevé le bas du bilan. Le bénéfice imposable était attendu à 1,28 milliard d'euros contre 917 millions un an auparavant, selon un consensus Reuters. La division banque d'investissement a dégagé des revenus en hausse de 23% à 4,3 milliards d'euros, dopés par les performances du trading actions et obligations. Les résultats de la division ont été gonflés par une plus-value comptable de 213 millions d'euros liée à des opérations de couverture sur les dérivés. (Thomas Atkins, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant