D'autres pays, dont l'Australie, rejoignent l'AIIB

le
0

SHANGHAI, RIO DE JANEIRO, 29 mars (Reuters) - La Russie, l'Australie et les Pays-Bas sont devenus samedi les trois derniers pays en date à dire qu'ils allaient rejoindre la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (AIIB) lancée par la Chine, nouvel institution accueillie très froidement par les Etats-Unis. Washington s'inquiète pour la gouvernance de la nouvelle banque, voyant par ailleurs d'un mauvais oeil l'ombre qu'elle pourrait faire à la Banque mondiale, traditionnellement dirigée par un Américain et à la Banque asiatique de développement (BAD), qui a toujours un Japonais à sa tête. Plus tôt dans le week-end, le ministère chinois des Finances avait annoncé le Royaume-Uni et la Suisse avaient été officiellement acceptés comme membres fondateurs de la AIIB. ID:nL6N0WU03X Vendredi, le Brésil avait également dit qu'il participerait à la nouvelle institution, à laquelle se joindront également la France, l'Allemagne et l'Italie. ID:nL6N0WJ1U1 D'autres pays, tels la Turquie et la Corée du Sud, ont aussi dit vouloir faire partie de l'AIIB. Selon l'agence Chine nouvelle, la Géorgie a également posé sa candidature. La date butoir pour rejoindre l'AIIB a été fixée au 31 mars. (Stephen Eisenhammer, Benoît Van Overstraeten pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant