D'autres moyens nécessaires pour la lutte antiterroriste-Hollande

le
0
 (Actualisé avec citations supplémentaires, autres éléments) 
    PARIS, 19 septembre (Reuters) - François Hollande a évoqué 
la nécessité d'engager des moyens supplémentaires pour la lutte 
contre le terrorisme, lors d'un hommage aux victimes lundi. 
    Le chef de l'Etat a en outre annoncé l'augmentation du fonds 
d'indemnisation des victimes pour qu'il concerne davantage de 
personnes. 
    "Nous devons pérenniser l'action qui a été engagée, je parle 
bien sûr de tous les moyens pour prévenir les attentats, pour 
les dissuader, pour les empêcher, et c'est un travail constant 
qui appellera des moyens encore supplémentaires au-delà même de 
ce que j'avais décidé pour les renforcer", a-t-il dit lors d'un 
discours aux Invalides. 
    Quant au Fonds de garantie des victimes des actes de 
terrorisme, il doit être modifié, a annoncé François Hollande. 
    "Le fonctionnement et les règles du fonds de garantie seront 
réformés, il y a aujourd'hui des milliers de personnes qui sont 
concernées, traumatisées, touchées à jamais par ce qu'elles ont 
vu, même si elles n'ont rien subi dans leur chair", a-t-il dit. 
    "Les ressources du fonds seront revues en conséquence et 
l'Etat s'en portera garant dans la durée", a poursuivi le chef 
de l'Etat. 
    Après une série d'attentats qui ont fait des centaines de 
morts en France, le président, des membres du gouvernement et de 
l'opposition assistaient à cette cérémonie organisée chaque 
année par des associations, le jour anniversaire de l'attentat 
contre le DC-10 de la compagnie aérienne française UTA. 
    L'attentat, attribué à la Libye, avait fait 170 morts, dont 
54 Français, le 19 septembre 1989, au-dessus du désert du 
Ténéré, au Niger. 
    Lors de la cérémonie, les noms de 230 personnes tuées dans 
des attentats depuis le 19 septembre 2015, en particulier le 13 
novembre à Paris et le 14 juillet à Nice, ont été lus, une 
lecture qui a duré 23 minutes.   
    "Jamais notre pays n'avait été attaqué avec cette ampleur 
criminelle, avec cette rage destructrice, avec cette cruauté 
barbare", a déclaré le chef de l'Etat. 
    Face à ces attaques, qui visent selon lui à atteindre la 
démocratie et à mettre en cause la cohésion de la France, 
"l'Etat doit être exemplaire", a-t-il ajouté. 
    "C'est le devoir de l'Etat de répondre à toutes les 
questions, y compris sur son propre rôle, et de les assumer", 
a-t-il dit.   
 
 (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux