D'anciens officiers soviétiques jugés en Lituanie

le
1
    VILNIUS, 27 janvier (Reuters) - Le procès de 65 anciens 
militaires et responsables de la défense soviétiques, accusés de 
crimes de guerre et de crimes contre l'humanité lors de la 
répression du mouvement indépendantiste lituanien en 1991, s'est 
ouvert mercredi à Vilnius. 
    La Russie a refusé de coopérer avec la justice lituanienne 
dans cette affaire et seuls deux des accusés étaient présents à 
l'ouverture des débats. 
    Quatorze civils avaient été tués en janvier 1991, onze mois 
avant la fin de l'URSS, par l'armée, treize d'entre eux lors de 
l'attaque du siège de la télévision à Vilnius par les 
parachutistes. Les affrontements avaient fait plus de 700 
blessés. 
    La Lituanie a été la première des républiques soviétiques à 
proclamer son indépendance en mars 1990. 
    L'ancien ministre soviétique de la Défense Dmitri Iazov, âgé 
aujourd'hui de 91 ans, est le responsable de rang le plus élevé 
à avoir été inculpé par le parquet général de Lituanie. 
    Tous les accusés sont russes, biélorusses ou ukrainiens. 
    Les deux seuls présents sont Youri Mel, 47 ans, un ancien 
chef de char, arrêté en 2014 lors d'une visite à Vilnius. Il est 
arrivé menotté et sous bonne garde dans la salle.  
    L'autre est Guennadi Ivanov, 64 ans, un ancien officier qui 
vit dans la capitale lituanienne et a accepté de coopérer avec 
la justice. Il a précisé que l'ambassade de Russie lui avait 
payé un avocat. 
    Les deux hommes clament leur innocence. 
    Les 63 autres accusés sont représentés par des avocats pour 
la plupart commis d'office, qui n'ont eu aucun contact avec 
leurs clients. 
    La Biélorussie, comme la Russie, a refusé de coopérer avec 
Vilnius. L'Ukraine a accepté d'interroger cinq accusés qui 
vivent sur son territoire. 
    La Lituanie, membre de l'Otan et de l'Union européenne, a 
vivement critiqué la politique russe envers l'Ukraine, notamment 
l'annexion de la Crimée en 2014. 
    Le parquet lituanien s'interroge sur une éventuelle 
inculpation de l'ancien président soviétique Mikhaïl Gorbatchev, 
qui a 84 ans. Une décision à ce sujet sera probablement prise 
d'ici l'été, a déclaré à Reuters la magistrate du parquet Daiva 
Skorupskaite-Lisauskiene. 
 
 (Andrius Sytas, Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 10 mois

    C'est le tribunal militaire international de Nuremberg qui a tout pourri. On juge maintenant avec des lois rétroactives. A quand une plainte de la France contre l'Italie à cause de la mort de Vercingétorix?