Cyrille Diabaté : "On parle de nous comme si on était des voyous !"

le
0
Cyrille Diabaté a officié plus de 15 ans dans le MMA et se bat farouchement contre tous les amalgames qui frappent sa discipline.
Cyrille Diabaté a officié plus de 15 ans dans le MMA et se bat farouchement contre tous les amalgames qui frappent sa discipline.

Les clichés ont la peau dure. Encore plus que celle des combattants de mixed martial arts (MMA), ce sport de combat tant prisé dans le monde entier, mais toujours interdit en France. Plus connue sous le nom fallacieux de "freefight", cette discipline, dont l'ascension a été fulgurante depuis les années 1990, pâtit d'une image désastreuse au pays de Georges Carpentier et de Marcel Cerdan. En effet, la dénomination "freefight" ou "combat libre" - utilisée à tort et à travers - laisse entendre que les adeptes du MMA sont prêts à tout et surtout autorisés à tout pour remporter la victoire. Postulat empreint de mauvaise foi et de mensonge. Les interdictions sont en effet nombreuses et ont toutes vocation à protéger l'intégrité physique des combattants. Nombre d'études démontrent d'ailleurs qu'en MMA, les traumatismes sont bien moindres qu'au judo ou en boxe anglaise. L'éternel exemple reste celui de la Suède où la pratique de la boxe professionnelle est interdite (malgré un assouplissement de la loi en 2007 après 37 ans d'interdiction totale) et celle du MMA autorisée. Depuis une dizaine d'années, la tendance reste pourtant à l'harmonisation mondiale et rares sont les pays qui résistent au raz-de-marée du MMA (aux États-Unis, il est le 4e sport le plus regardé derrière le baseball, le football américain et le basket). Exception faite de notre très chère contrée gauloise qui résiste toujours à l'envahisseur... Victime d'un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant