Cyclone Pam : le Vanuatu ravagé, des dizaines de morts à craindre

le
0
Cyclone Pam : le Vanuatu ravagé, des dizaines de morts à craindre
Cyclone Pam : le Vanuatu ravagé, des dizaines de morts à craindre

Le très violent cyclone tropical Pam a frappé l'archipel de Vanuatu, dans le Pacifique Sud, et selon les informations encore partielles disponibles ce samedi matin, il pourrait avoir causé d'énormes destructions et des dizaines de morts. La Nouvelle-Calédonie, territoire d'outre-mer français, a été placée en alerte (lire notre encadré), mais n'est plus sur la trajectoire du cyclone, qui se déplace vers le sud-est.

«Quinze ou trente minutes de terreur absolue», c'est ainsi qu'Alice Clements, une responsable de l'Unicef sur place, a décrit le passage sur le Vanuatu de Pam, cyclone de catégorie 5, la plus élevée. «Bien qu'il soit encore trop tôt pour en être sûr, les premières informations indiquent que cette catastrophe naturelle pourrait être l'une des pires dans l'histoire du Pacifique», a déclaré dans un communiqué Vivien Maidaborn, directrice exécutive de l'Unicef Nouvelle-Zélande.

L'étendue des destructions était impossible à évaluer précisément samedi, les communications ayant été coupées dans une grande partie du Vanuatu lorsque le cyclone a frappé de plein fouet l'archipel dans la nuit de vendredi à samedi, avec des vents atteignant 330 kilomètres/heure.

Des dizaines de victimes potentielles

«Nous avons pu voir des victimes, (il y a) potentiellement un nombre important de victimes, mais nous ne savons pas encore (quelle est l'ampleur du bilan)», a déclaré Sune Gudnitz, chef du bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha) dans le Pacifique. «Il semble qu'il y ait des destructions très étendues. Il y a des décombres dans les rues et des inondations étendues», a-t-elle poursuivi. L'ONU dispose d'informations non confirmées selon lesquelles 44 personnes auraient péri dans une seule des provinces du Vanuatu.

Alice Clements, responsable des communications de l'Unicef pour le Pacifique, qui se trouve à Port Vila, a déclaré à Radio New Zealand : «Nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant