Cyclisme. Zoetemelk: «Il est urgent qu'un Hollandais pointe à nouveau le bout de son nez...»

le
0
Cyclisme. Zoetemelk: «Il est urgent qu'un Hollandais pointe à nouveau le bout de son nez...»
Cyclisme. Zoetemelk: «Il est urgent qu'un Hollandais pointe à nouveau le bout de son nez...»

C'est dans 100 jours que la 102e édition du Tour de France (4-26 juillet) s'élancera d'Utrecht, charmante ville de canaux du centre des Pays-Bas. Pour la sixième fois de son histoire, la Grande Boucle s'élancera de Hollande, après les départs d'Amsterdam en 1954, Scheveningen en 1973, Leiden en 1979, s'-Hertogenbosch en 1996 et Rotterdam en 2010. Moins touristique que d'autres «Venise du Nord», Utrecht, 330000 habitants dont 70000 étudiants, mène pour sa ville une politique du «tout vélo». Chaque jour, 90000 cyclistes transitent par le centre-ville et tout est mis en oeuvre pour que la pratique se développee encore davantage. Non loin de la gare, Utrecht se targue d'avoir mis en place le plus grand parking vélo au monde avec 12500 places et entend créer 33000 places supplémentaires dans les prochaines années. De la pratique quotidienne à la compétition, il n'y a pas loin aux Pays-Bas. Hier, Jan Janssen et Joop Zoetemelk, les deux derniers Néerlandais vainqueurs du Tour, respectivement en 1968 et 1980, faisaient la promotion d'Utrecht et du Grand Départ - NDLR: un contre-la-montre de 13,7 dans Utrecht (1ère) samedi 4 juillet, puis Utrecht-Zélande (2e étape), dimanche 5 juillet. «Un Neérlandais naît sur un vélo, explique Zoetemelk, 68 ans. Il en fait enfant, puis va à l'école à vélo et éventuellement fait de la compétition. Ici, chacun va à vélo, même le médecin ou le notaire, quand en France, on prend le bus. Chacun possède deux ou trois vélos, un pour le travail, un pour se promener et un autre de compétition. Le Hollandais est sportif et il aime la nature. La région parisienne pourrait s'inspirer d'Utrecht en sécurisant la traversée de Paris par des pistes cyclables.» Trempé par une fine pluie de saison, Janssen, 74 ans, promet du beau temps et un départ festif en juillet: «L'été, il fait beau en général. Les gens boivent une bière ou du vin aux terrasses, ils s'amusent. Les coureurs seront bien ici. Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant