Cyclisme: une Vuelta dessinée pour attirer Alberto Contador

le
0
LE PARCOURS DE LA VUELTA 2013 DESSINÉ POUR ATTIRER ALBERTO CONTADOR
LE PARCOURS DE LA VUELTA 2013 DESSINÉ POUR ATTIRER ALBERTO CONTADOR

par Gilles Le Roc'h

VIGO, Espagne (Reuters) - L'appel du pied est assumé : le Tour d'Espagne n'est pas décidé à se passer d'Alberto Contador et le parcours de l'édition 2013, présenté samedi à Vigo, en Galice, a donc été dessiné pour le grimpeur espagnol.

Même si son organisateur, Javier Guillen, ne le dit pas ouvertement, la présence du coureur de Pinto a donné, l'été dernier, un nouveau souffle à son épreuve.

L'enthousiasme et un soutien populaire inédit ont accompagné un spectacle extraordinaire, ponctué par la deuxième victoire de Contador, alors de retour de sa suspension pour dopage, au prix d'un exploit sur la route de Fuente Dé qui restera dans la légende.

"Oui ce fut une grande Vuelta, c'était historique", s'est félicité Guillen.

"Je ne crois pas qu'il s'agit d'une édition isolée, elle s'est inscrite dans la logique de ce que nous construisons depuis cinq ans. Mais ce Tour d'Espagne 2012 est pour nous un modèle. Ce n'est pas comparable au Tour de France qui est bien plus qu'une course cycliste, mais nous sommes heureux d'avoir donné à la Vuelta une forte personnalité."

Il juge avoir trouvé la bonne formule pour l'épreuve appartenant à ASO, qui gère entre autres le Tour de France. Et c'est donc un calque qui a été posé sur la carte pour dessiner le parcours de la prochaine édition.

"La différence est d'ordre géographique. En 2012, nous étions restés sur la moitié nord de l'Espagne. Cette fois, nous ferons les quatre points cardinaux (avec de multiples transferts en prime, ndlr) mais dans sa philosophie, en effet, nous reproduisons le schéma", précise Guillen.

"Nous avons la chance d'avoir de la montagne partout dans notre pays et nous en profitons. En 2013 il y aura onze arrivées au sommet de cols ou de côtes, il y en avait dix l'an dernier."

LA PARTICIPATION, SEULE INCONNUE

Présent à Vigo, Contador a particulièrement apprécié le programme. Mais l'objectif de Guillen n'est pas encore atteint car le champion espagnol ne l'a pas assuré de sa présence (voir ).

"C'est similaire à la Vuelta que j'ai gagnée. C'est peut-être plus difficile encore. Mais aujourd'hui, je ne sais pas si je vais y prendre part", a dit Contador.

Pas moins de 41 cols sont au menu, avec quelques rendez-vous qui s'annoncent déjà comme des tournants, telle l'arrivée au sommet de la Collada de la Gallina en Andorre, là où Contador avait montré des signes de faiblesse en 2012.

Le lendemain sera courue la plus longue étape avec le Port de Balès et Peyragudes, pour le retour de la course sur le territoire français. Puis il y aura une explication toujours exténuante sur les pentes de Pena Cabarga et une "finale" sur le mur de l'Angliru, à la veille de l'arrivée à Madrid.

"Cela semble beaucoup sur le papier mais il y a peu d'étapes de montagnes avec enchaînement de plusieurs difficultés", relève Guillen.

Les grimpeurs promettent donc d'être à la fête d'autant que ni le contre-la-montre par équipes initial en Galice (27 km) ni l'unique chrono individuel en Catalogne (38 km) ne semblent pouvoir contrarier leurs plans.

"La seule inconnue, c'est la participation", a conclu Guillen. "Nous savons devoir attendre mais le temps séparant le Tour de la Vuelta est de cinq semaines et non pas quatre comme en 2012. C'est un argument supplémentaire pour que des champions soient tentés d'y participer."

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant