Cyclisme - Tour de France 2017 : Alaphilippe, Pinot et Voeckler donnent leur avis sur le tracé

le
0
Cyclisme - Tour de France 2017 : Alaphilippe, Pinot et Voeckler donnent leur avis sur le tracé
Cyclisme - Tour de France 2017 : Alaphilippe, Pinot et Voeckler donnent leur avis sur le tracé

Découvrez le sentiment de trois des leaders du cyclisme français, Julian Alaphilippe (Etixx-Quick Step), Thibaut Pinot (FDJ) et Thomas Voeckler (Direct Energie), sur le parcours du Tour de France 2017, dévoilé ce mardi midi à Paris. Au passage, Pinot a fait savoir qu’il serait au départ de ce Tour 2017, quand Voeckler prendra, lui, sa retraite après l’arrivée sur les Champs-Elysées.

Julian Alaphilippe (Etixx-Quick Step, sur Eurosport) J’ai vu sur le papier qu’il y avait quelques étapes qui pouvaient me correspondre et des opportunités à saisir, mais je ne sais pas vraiment où je vais pouvoir m’exprimer le mieux, je n’ai pas vraiment les profils en tête. Au départ du Tour ? Comme leader ? Une place de leader, c’est différent, mais ça serait déjà bien d’avoir ma place tout court. Je vais tout faire pour arriver en forme à cette période-là, ça va encore faire partie de mes objectifs que de participer et d’y briller. Le classement général, ce n’est pas encore mon objectif, j’espère continuer de progresser pour viser des victoires d’étape. Cette année, j’ai manqué de chance, je vais essayer d’inverser la tendance. Thibaut Pinot (FDJ, sur Eurosport)   C’est un parcours intéressant. Il n’y a pas beaucoup d’arrivées au sommet, mais il y a beaucoup d’étapes de montagnes qui seront difficiles. C’est un parcours assez équilibré et qui m’intéresse. Ce que je sais aujourd’hui, c’est que le Tour de France, j’y serai à cent pour cent. Surtout quand je vois le parcours. En plus, on passe à la maison, donc ça me motive encore plus. Après, c’est sûr que j’attends le parcours du Giro, mais pour l’instant, le Tour est un parcours qui m’intéresse. La Planches des Belles Filles Forcément, ça me tient à coeur. C’est une étape qui passe sur mes premières routes d’entraînement, sur les Vosges Saônoises. Donc que le Tour passe sur des routes que j’apprécie, ça va être une grande journée. Ce qui m’a marqué ? C’est de sillonner sur les cinq massifs, c’est vraiment intéressant, il n’y aura pas vraiment de période où, nous, grimpeurs, on va s’ennuyer. Au bout de cinq jours, on sera déjà dans les Vosges, donc ça va aller vite ce Tour. L’étape de l’Ariège (format court : 100 km) Moi, je suis vraiment dans cette optique-là de proposer plusieurs étapes de 130 ou 140 km où on grimpe toute la journée, comme on a pu en avoir quand j’ai gagné à Porrentruy (Suisse, Tour de France 2012). Ce sont des étapes où il se passe toujours des choses et des étapes très intéressantes à faire. Présent sur le Tour 2017 Croiser les doigts, ça ne suffit pas (rires). Je vais modifier un peu ma préparation et souffler un peu plus, comme j’ai pu le faire cet hiver. Et me préparer un peu plus sereinement avec moins de pression, ça sera très bien. Contre-la-montre de Marseille Moi, supporter du PSG, j’aimerais gagner l’étape du Vélodrome Thomas Voeckler (Direct Energie, sur Eurosport) Ce qui en ressort, c’est qu’il n’y a pas forcément de gros temps fort, mais pas forcément de temps mort non plus, donc le Tour sera palpitant tous les jours. L’étape de 100km dans l’Ariège Ce n’est pas mal, ce n’est pas à faire tous les jours, car c’est quand même une course d’endurance et que ce qui passionne les gens, c’est la distance que l’on parcourt sur le vélo en montagne. Mais une ou deux fois dans le Tour de France, pourquoi pas. Tous les coureurs savent très bien que ce n’est pas sur les plus longues étapes qu’il y a le plus de bouleversements. Par contre, les jours qui précèdent ou suivent cette étape font peser. C'est-à-dire que si l’on a enchaîné deux ou trois chantiers avant, on n’aura pas 50 ou 60 kilomètres pour mettre en route et délier les muscles ou se débloquer au niveau du cœur. Il faudra être tout de suite dans l’action, et ça, ce n’est pas facile. Quelle stratégie pour son dernier Tour ? J’ai envie d’en profiter un maximum en tapant dedans (sic), pas en restant derrière à la traîne. Pour ça, il faut attaquer.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant