Cyclisme: Tom Boonen vise la passe de trois au Tour des Flandres

le
0
TOM BOONEN VISE UNE 3E VICTOIRE AU TOUR DES FLANDRES
TOM BOONEN VISE UNE 3E VICTOIRE AU TOUR DES FLANDRES

par Gilles Le Roc'h

BRUGES (Reuters) - Une troisième victoire de Tom Boonen au Tour des Flandres dimanche ferait entrer le champion belge dans la légende d'une des grandes classiques de la saison cycliste.

Comme chaque année à la même époque, la Flandre se rassemble autour de l'épreuve. Les chopes vont se boire en cascade tout au long des heures précédant la course qui passionne tout un peuple débattant avec fièvre d'un changement de parcours qui ne fait pas l'unanimité.

Il y a ceux qui n'admettent pas que le Mur de Grammont ait été rayé de la carte. Il était depuis plusieurs décennies le juge de paix d'une épreuve harassante, confirmant à chaque fois le plus fort.

Le passage victorieux du Mur laissait le souvenir d'un champion en plein effort, faisant la différence dans un virage, le long d'un muret de pierre contenant la terre et au sortir duquel il pouvait apercevoir la croix d'une chapelle devenue emblème.

"Dans un calendrier qui ne cesse de se surcharger, il y a des monuments, cinq au total (Milan-San Remo, Tour des Flandres, Paris-Roubaix, Liège-Bastogne-Liège et Tour de Lombardie) auxquels il ne faut pas trop toucher", assure Marc Madiot, le plus belge des Mayennais.

"Pour Paris-Roubaix, avec ses tronçons pavés, c'est compliqué de changer, mais les autres doivent se méfier. Le Tour des Flandres, c'était une course qui devait franchir tous ses monts pavés, tous ces lieux mythiques qui ont fait son histoire. Cette fois, on va franchir plusieurs fois les mêmes, ce n'est plus tout à fait la même philosophie".

ARRIVÉE MODIFIÉE

Comme d'habitude depuis une quinzaine d'années, le départ sera donné de Bruges la magnifique. Mais l'arrivée a quitté Meerbeke pour se fixer à Audenarde, sur les coups de 16 heures dimanche et c'est en ordre dispersé, par petits groupes qu'y seront attendus les coureurs qui auront eu huit secteurs pavés et 16 "monts" à franchir.

Trois d'entre eux auront la vedette au fil de trois circuits, avec, pour le premier d'entre eux, un enchaînement terrible du Mur de Quarémont, du Paterberg et du Koppenberg en douze kilomètres, avant de revenir à deux reprises gravir le Vieux Quarémont et le Paterberg dont les deux sommets sont distants de moins de quatre kilomètres.

"Ce sera beaucoup plus exigeant, beaucoup plus sélectif", assure le champion de France Sylvain Chavanel, récent vainqueur des Trois Jours de La Panne, deuxième du Tour des Flandres en 2011 et qui reste le plus à même de donner à la France un nouveau vainqueur, vingt ans après Jacky Durand.

"Impossible de reprendre son souffle, ce sera une course pour hommes forts", juge-t-il.

Il y a de quoi, par conséquent, se focaliser sur le duel qui opposera Boonen au Suisse Fabian Cancellara, vainqueur en 2010 et qui a fait des deux prochains dimanches les grands rendez-vous de sa saison.

Auteur d'un début de saison consciencieux, le Suisse traîne néanmoins son échec dans Milan-San Remo, où son effort manquant de discernement a fait le jeu de l'Australien Simon Gerrans, qui n'eut pas à refuser un relais puisque son adversaire ne l'a jamais sollicité.

DUEL CANCELLARA-BOONEN

Cancellara aurait pu se consoler la semaine dernière dans le Grand Prix E3 mais son accélération impressionnante dans le Vieux Quarémont a été ruinée par une crevaison puis une chute.

Ce "mini-Tour des Flandres" avait été remporté par Tom Boonen, lequel s'est adjugé le lendemain Gand-Wevelgem pour la troisième fois.

Et c'est bien du haut de ses sept victoires depuis le début de la saison, de sa connaissance parfaite du terrain, du soutien d'une équipe Omega Pharma-Quick Step gagnant tout ou presque que le Belge, âgé de 31 ans, s'apprête à défier Cancellara qui l'avait humilié en 2010 dans le Mur de Grammont.

Dans l'esprit de Boonen, ce souvenir est vivace et mérite

d'être effacé.

Dans ce contexte d'une course qui pourrait s'avérer inhumaine s'il pleuvait, qui pourrait arbitrer ce duel? La liste est bien peu fournie en l'absence sur blessure du dernier vainqueur, Nick Nuyens.

Le Belge Stijn Devolder, vainqueur en 2008 et 2009 est toujours motivé, puisque son compatriote Philippe Gilbert est en difficulté. Un autre Belge, Greg Van Avermaet, est la vraie cartouche de son équipe BMC.

Le Slovaque Peter Sagan n'a peur de rien, l'Espagnol Juan Antonio Flecha est toujours placé, Oscar Freire ne commet jamais aucune faute et l'Italien Filippo Pozzato s'est relevé d'une fracture de la clavicule en janvier dans la seule envie de disputer le Tour des Flandres.

Côté français, seul Sylvain Chavanel peut l'emporter mais, comme il le dit lui-même, "un Flamand peut-il laisser la victoire dans le Tour des Flandres?".

Edité par Pascal Liétout et Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant