Cyclisme: Tom Boonen en pleine renaissance

le
0
TOM BOONEN CONFIRME SON EXCELLENT DÉBUT DE SAISON
TOM BOONEN CONFIRME SON EXCELLENT DÉBUT DE SAISON

ORLEANS (Reuters) - Tom Boonen, après quatre années compliquées faites d'ennuis de santé et de chutes, semble être redevenu "Torpedo Tom", ce champion surpuissant à qui il était difficile de résister autrefois.

Sa victoire dans la deuxième étape de Paris-Nice acquise lundi vient confirmer son excellent début de saison et son retour au premier plan, avant la saison des classiques.

L'année 2012 semble bien être celle de la remise en cause de l'ancien champion du monde, en parallèle de la remise en question de son équipe Quick Step, traumatisée par une année 2011 ratée.

Pour vite oublier cette saison manquée, Quick Step a décidé d'employer les grands moyens de son nouveau sponsor Omega Pharma pour se renforcer en engageant Levi Leipheimer, Tony Martin ou encore Peter Velits, tout en consolidant ses bases autour de Tom Boonen et Sylvain Chavanel.

Symbole de ce changement, le Belge a signé à Orléans la seizième victoire de son équipe depuis le début de la saison, il y a un peu plus d'un mois.

"Il n'y a pas que les nouveaux qui font la différence mais nous avons tout, en effet, pour être très forts. Tout le monde est à son niveau, sans avoir connu le moindre problème de santé. Nous sommes du coup dans une bonne spirale, tout le monde est motivé et veut gagner", a expliqué le Belge à l'issue de la course.

Vainqueur de trois étapes de Paris-Nice en 2006 et de deux étapes en 2005, Tom Boonen a mis les formes pour que son retour dans la Course au Soleil, qu'il n'avait pas disputée depuis 2007, soit gagnant.

"Cet hiver, je voulais changer mon programme avant les classiques et surtout bénéficier d'une semaine de repos, ce que Tirreno-Adriatico ne permet pas. Je gagne, j'avais donc raison de changer", a analysé le coureur belge.

"Aujourd'hui, les conditions étaient difficiles, il y a eu deux heures de course très intenses, avec la pluie dans les 25 derniers kilomètres, mais j'étais confiant avant le sprint", a-t-il dit, en revenant sur le scénario de sa victoire.

"Je pense être au même niveau que mes grandes années. J'ai passé un très bon hiver, le genou ne fait pas mal. Je suis très satisfait mais je reconnais que j'ai eu de la chance. Avec Levi Leipheimer, j'ai failli rater le premier groupe en prenant un rond-point dans le mauvais sens et il a fallu rouler fort pour rejoindre le premier groupe", a-t-il précisé.

Gilles Le Roc'h, édité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant