Cyclisme: Thomas Voeckler redécouvre la victoire

le
0

par Gilles Le Roc'h

GRENOBLE, Isère (Reuters) - Thomas Voeckler, qui n'avait plus levé les bras depuis le 18 juillet dans la seizième étape du Tour de France, s'est imposé vendredi avec maestria à Grenoble, terme de la sixième étape du Critérium du Dauphiné.

Le Français vit comme un énorme soulagement cette victoire qu'il a su construire tout au long de la journée, conscient qu'il s'agissait de l'étape la plus accessible dans les Alpes pour lui qui se remet d'une fracture de la clavicule, mi-avril.

"Ah oui ! Ça fait du bien", a-t-il dit dans un grand sourire. "Je n'étais pas habitué à arriver au mois de juin sans avoir eu le plaisir de gagner. Même si le mot est un peu fort, le doute s'était un peu installé, j'ai gambergé."

Après avoir repris la compétition en mai, le meilleur grimpeur du Tour de France 2012 est en progrès constants depuis le Tour de Belgique.

Il pouvait déjà être satisfait de son ascension de Valmorel, jeudi. Mais il lui fallait ce succès pour aborder l'esprit tranquille les deux prochaines échéances importantes, le championnat de France, qu'il a gagné deux fois, et le Tour.

Il a fait tout ce qu'il fallait pour y parvenir.

Ses équipiers, selon les consignes de leur directeur sportif Andy Flickinger, ont roulé pour rejoindre trois échappés, Juan Antonio Flecha, Assan Bazayev et Piotr Huzarski qui comptaient deux minutes d'avance avant la première difficulté, la côte d'Arvillard.

Au pied du col de Barioz, Voeckler a produit son premier effort. Il est revenu le premier sur la tête avant d'être rejoint entre autres par Egor Silin, Kevin Seeldraeyers, Alexandre Geniez, José Herrada et Thomas De Gendt.

JOURNÉE TRANQUILLE POUR FROOME

Sur le balcon de Belledonne, cette échappée s'est rapidement mise hors de portée du peloton malgré les efforts des équipiers de Gianni Meersman (Omega Pharma-Quick Step). Et Voeckler a joué méthodiquement jusqu'à l'arrivée.

Dans l'une des côtes du final, il a accéléré pour éliminer la moitié de ses rivaux et se retrouver avec les seuls Seeldraeyers, Silin et Herrada.

"J'étais un peu inquiet, je ne connaissais pas trop l'Espagnol. Il y avait les deux gars d'Astana, il fallait profiter de leur surnombre et surtout ne pas me faire avoir. Je sais encore comment on gagne, je devais juste m'appliquer", a expliqué Thomas Voeckler.

"J'avais fini troisième ici en 2004 derrière Rasmussen et Basso qui étaient échappés. Je me suis souvenu de la ligne droite et je me suis dit 'OK, c'est bon !'"

"Aujourd'hui, je ne voulais pas passer à coté. J'espère avoir manger mon pain noir après avoir connu des chutes à répétition, avoir été repris à 50 mètres de la semi-classique belge A Travers les Flandres en mars. Je suis vraiment content."

Parvenu sur la ligne d'arrivée au sein du peloton, moins d'une minute plus tard, le leader Christopher Froome a vécu une journée plutôt tranquille.

"Tranquille, je ne sais pas si c'est pas le bon mot", a toutefois dit l'Anglais.

"Oui c'était le jour le plus plat du week-end mais il fallait rester vigilant. Je pense que je vais être attaqué au cours des prochains deux jours en montagne. L'objectif n'était pas de gagner toutes les courses avant le Tour mais c'est bon pour la confiance, pour le moral de l'équipe, pour tout le monde chez Sky."

Après le Tour d'Oman, le Critérium International et le Tour de Romandie, Froome est bien parti pour ajouter le Critérium du Dauphiné à son palmarès.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant