Cyclisme: Thomas Voeckler fera au mieux

le
0
Cyclisme: Thomas Voeckler fera au mieux
Cyclisme: Thomas Voeckler fera au mieux

par Gregory Blachier

LIEGE (Reuters) - A peine remis d'une blessure au genou, pris dans la polémique suscitée par la révélation d'une enquête vieille d'un an sur son équipe Europcar, Thomas Voeckler n'attend pas beaucoup du Tour de France, si ce n'est de faire au mieux et rallier l'arrivée.

Le Vendéen, qui avait enthousiasmé le public français l'année dernière en défendant pied à pied son maillot jaune pendant dix jours et avait terminé quatrième à Paris, se présente sur une route pavée d'incertitudes.

S'il est en "bonne santé", il ne peut se situer après une dizaine de jours d'arrêt qui ont entamé son physique avant la Grande Boucle, dont le départ sera donné samedi à Liège.

Il y a dix jours, le leader d'Europcar abandonnait dans la Route du Sud, victime d'une inflammation au genou droit.

"Je ne pouvais plus plier la jambe, même pas faire le mouvement", a dit Thomas Voeckler à la presse, jeudi.

"Je suis content d'être au départ (du Tour). A un moment donné, à la Route du Sud, j'étais assez pessimiste."

Une fois évacuées les questions relatives à l'enquête autour de sa formation, qui l'ont un peu agacé, Thomas Voeckler a pu expliquer dans quel état physique et mental il abordait ce Tour. Avec des ambitions forcément modestes.

"J'ai roulé de lundi (à) aujourd'hui, je n'ai pas ressenti de douleur", a-t-il dit.

"Maintenant, j'ai perdu beaucoup de condition au fil des jours, vu mon repos forcé à la maison. Je voyais bien que les jambes diminuaient un peu au niveau de la masse musculaire."

À COURT PHYSIQUEMENT

"Je vais être court physiquement, il est évident que pour la première partie, je ne serai pas au niveau que j'aurais espéré. Sur trois semaines précédant le Tour de France, ça fait une douzaine de jours sans vélo au total. Si c'était bon pour la condition physique, ça se saurait..."

La première étape, dimanche entre Liège et Seraing, en Belgique, semblait taillée pour celui qui n'aime rien plus qu'à attaquer et surprendre. Cette fois, a-t-il dit, il se contentera de venir au bout des 198 km de course en espérant pouvoir faire mieux dans des étapes plus lointaines.

Ne pouvant vraisemblablement rééditer sa performance de l'année dernière au général, Voeckler se mettra sans état d'âme au service de ceux qui ont une chance de briller, à commencer par Pierre Rolland, dixième et meilleur jeune en 2011.

"J'ai une mémoire, je sais que je lui dois beaucoup", a dit l'aîné des deux, qui a placé l'idée d'équipe avant tout autre.

"Je ne le ferai pas en fonction de l'année dernière. Être une équipe, ça a une signification. Quand quelqu'un a de meilleures jambes, on bosse pour lui", a-t-il plaidé.

Quelle que soit sa forme, le chouchou du public, dont le franc-parler plaît davantage hors du peloton qu'à l'intérieur, n'a pas l'intention de s'effacer devant les obstacles, qu'ils lui soient imposés par son propre corps ou par l'extérieur.

"Je n'ai pas l'impression de faire face à l'adversité, a-t-il dit. Je m'occupe de moi, de mon genou (...) Je vais être moi-même, que ça plaise ou non, je ne ferai pas en fonction."

édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant