Cyclisme: Schleck nie tout dopage, son équipe sous le choc

le
0
RADIOSHACK-NISSAN SOUS LE CHOC DE L?EXCLUSION DE FRÄNK SCHLECK
RADIOSHACK-NISSAN SOUS LE CHOC DE L?EXCLUSION DE FRÄNK SCHLECK

par Gregory Blachier

PAU, Pyrénées-Atlantiques (Reuters) - L'équipe RadioShack-Nissan était abattue mercredi, au lendemain de l'exclusion du Tour de France de son leader Fränk Schleck qui nie tout dopage après son contrôle positif à un diurétique.

Le Luxembourgeois a déclaré dans la nuit qu'il porterait plainte pour empoisonnement si l'analyse de l'échantillon B confirmait le résultat.

Fränk Schleck a été exclu mardi soir par sa formation après la révélation par l'Union cycliste internationale de son contrôle positif au diurétique Xipamide à l'issue de la 13e étape, samedi dernier.

Dans un communiqué transmis dans la nuit à RTL et consultable en ligne, le Luxembourgeois de 32 ans dit ne pas comprendre ce résultat.

"Je conteste formellement avoir pris une quelconque substance interdite", écrit Fränk Schleck, double vainqueur d'étape sur la Grande Boucle dont il avait pris la troisième place l'an dernier.

"Je ne peux dès lors m'expliquer le résultat du contrôle et j'insiste par conséquent à voir effectuer un contrôle du flacon B, qui est de droit", ajoute-t-il.

"Si cette analyse confirme le premier résultat, plainte sera déposée contre inconnu pour empoisonnement."

Fränk Schleck était 12e du classement général du Tour de France avant la révélation de son contrôle positif.

Il a été exclu de l'épreuve par son équipe, une décision "sage" selon le patron du Tour, Christian Prudhomme.

Avant le départ de la 16e étape entre Pau et Bagnères-de-Luchon, les équipiers de Fränk Schleck et l'encadrement étaient encore sous le choc de la nouvelle.

"Les coureurs sont abattus, surtout au départ d'une étape comme celle-ci avec quatre cols", a déclaré le directeur sportif Alain Gallopin avant le départ de cette étape pyrénéenne qui emmène le peloton au sommet des cols de l'Aubisque, du Tourmalet, d'Aspin et de Peyresourde.

"Mais nous allons faire le maximum pour Haimar (Zubeldia) qui est sixième au général."

"PAS D'AFFAIRE SCHLECK"

Fränk Schleck a quitté ses coéquipiers et était mercredi en route pour son domicile, a fait savoir le porte-parole de RadioShack, Philippe Maertens.

"Il a confiance, mais il ne sait pas ce qu'il va se passer", a-t-il dit à la presse.

"L'équipe ne vas pas très bien. Comment aller bien dans de telles circonstances? On a foi en (Fränk) mais on ne peut pas s'expliquer ça. On ne comprend pas, on est sous le choc."

La veille au soir, le Luxembourgeois s'était rendu de sa propre initiative à la police.

"J'ai pris la décision d'aller au commissariat parce que je ne voulais pas qu'on voie les images des policiers dans notre hôtel", a expliqué Alain Gallopin.

"La personne de l'Oclaesp (Office central de lutte contre les atteintes à la santé et à l'environnement, ndlr) nous a dit: 'Il n'y a pas d'affaire Schleck parce que ce produit n'est pas sur ma liste'."

Cette déclaration laisse à penser que Fränk Schleck ne ferait pas l'objet de poursuites judiciaires.

Il n'est pas suspendu à titre provisoire car la substance incriminée est "spécifiée", ce qui signifie, selon les termes des règlements antidopage, qu'elle peut avoir été ingérée accidentellement ou sans intention de dopage.

Les diurétiques sont des produits interdits, utilisés notamment pour masquer la prise d'autres substances.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant