Cyclisme: Sanchez, le courage et les larmes dans le Dauphiné

le
0

par Gilles Le Roc'h

SUPERDÉVOLUY, Hautes-Alpes (Reuters) - L'Espagnol Samuel Sanchez s'est offert samedi un premier succès cette saison dans l'étape reine du Critérium du Dauphiné, où la victoire est revenue, dans son duel avec le Danois Jakob Fuglsang, à celui qui l'a le plus désirée.

A l'arrivée à Superdévoluy après 187,5 km depuis Pont-de-Claix, le champion olympique de Pékin 2008 n'a pu réprimer ses larmes, que peut expliquer la frustration de porter presque seul l'ambition de son équipe Euskaltel, très décevante cette année.

Il a pu penser à cette longue attente, à cette victoire qu'il ne parvenait pas à décrocher depuis son succès dans le Tour du Pays-Basque en avril l'année dernière.

A l'ambiance lourde depuis que son équipe a changé de politique et a engagé des mercenaires dotés en points mais qui n'ont rien apporté - un Marocain, un Grec, deux modestes Allemands ou un Russe, Alexander Serebryakov, contrôlé deux fois positif à l'EPO en début de saison -, plutôt que de conserver sa couleur basque.

"Nous n'avions que deux victoires cette saison, deux étapes du Tour de Castille et Leon (à Lobato delle Valle et Urtasun, ndlr), il était temps de gagner une grande course", a dit Sanchez.

"L'équipe a changé de philosophie, c'était un passage obligé pour avoir les points qui nous permettent de rester dans le World Tour", a-t-il concédé.

L'Espagnol de 35 ans a aussi expliqué lui-même ses larmes par l'émotion qui l'a submergé au moment de dédier un succès à son jeune équipier Victor Cabedo, mort à 23 ans à l'entraînement en septembre dernier, et à un autre ami très proche décédé il y a une semaine.

"JE PARS EN VACANCES"

Pour l'emporter, Sanchez a su faire la décision dans la partie la plus pentue du col du Noyer, intervenant après l'Alpe d'Huez, le col de Sarenne et le col d'Ornon dans lesquels une échappée de 22 coureurs n'a pas réussi à faire le break.

Les deux derniers attaquants, l'Italien Alessandro De Marchi et le Français Sylvain Chavanel venaient d'être repris par le peloton emmené par les coureurs du Team Sky Geraint Thomas et Peter Kennaugh quand Sanchez a surgi.

Il a été bientôt rattrapé par le Danois Fuglsang tandis qu'Alberto Contador avait haussé le rythme pour distancer le jeune Rohan Dennis et offrir la troisième place du classement général à son équipier Michael Rogers.

Après la descente très rapide du Noyer, il restait l'ultime ascension vers Superdévoluy, longue de quatre kilomètres et dans laquelle Fuglsang a poussé le leader d'Euskaltel dans ses derniers retranchements, sans parvenir à le faire craquer.

Dès lors, et malgré les attaques trop tardives de Joaquim Rodriguez, Daniel Navarro puis de Richie Porte, la victoire ne pouvait échapper à Sanchez, bien plus rapide que son adversaire danois.

"J'ai beaucoup souffert, surtout dans les trois derniers kilomètres, j'ai donné toutes mes forces. Mon équipe part au Tour de France avec une victoire de prestige au Critérium du Dauphiné. Moi, après le Giro que j'ai fini très fatigué, je pars en vacances", a dit Sanchez.

Cette étape ne fut pas de tout repos pour le leader Christopher Froome mais il a pu se contenter de suivre sans jamais être inquiété, sans voir ses rivaux espagnols tenter de le mettre en danger.

Le scénario ne devrait pas être différent dimanche la dernière étape entre Sisteron et Risoul.

Edité par Grégory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant