Cyclisme: Sanchez décroche une nouvelle victoire sur Paris-Nice

le
0
LUIS LEON SANCHEZ REMPORTE LA 6E ÉTAPE DU PARIS-NICE
LUIS LEON SANCHEZ REMPORTE LA 6E ÉTAPE DU PARIS-NICE

par Gilles Le Roc'h

SISTERON, Alpes de Haute-Provence (Reuters) - Déjà vainqueur d'étapes de Paris-Nice en 2007, 2008 et 2009, c'est en habitué que l'Espagnol Luis-Leon Sanchez s'est imposé vendredi dans la sixième étape de l'édition 2012 de la course cycliste.

Au final, le coureur de la Rabobank a devancé son dernier compagnon d'échappée, l'Allemand Jens Voigt (RadioShack-Nissan), le peloton du maillot jaune Bradley Wiggins (Team Sky) finissant à 14 secondes.

Cette étape, coincée entre le Causse de Mende et un dernier week-end compliqué sur les hauteurs de Nice, semblait taillé pour une échappée, pour une course de baroudeurs.

C'est en effet en ouvrant la route du départ à la fin que les deux échappés, Sanchez et Voigt, se sont donnés le droit de lutter pour la victoire au terme d'énormes efforts.

Dès le départ de Suze-la-Rousse, le mistral, soufflant violemment, a provoqué une nouvelle course de bordures, le peloton se trouvant très rapidement scindé en cinq groupes.

Dans le premier, Bradley Wiggins, Lieuwe Westra, Levi Leipheimer et Tejay Van Garderen, autrement dit ceux qui en découdront pour la victoire finale dimanche, dans le contre-la-montre du Col d'Eze, ont notamment distancé l'Espagnol Alejandro Valverde.

La bagarre a fait rage pendant 40 kilomètres, l'écart a atteint plus de 50 secondes avant que le peloton ne se reforme et décide, enfin, de faire la paix.

ABANDON DE BASSO

De cette passe d'arme, l'Italien Ivan Basso ne s'est pas remis et a abandonné, mesurant sans aucun doute le chemin le séparant du maillot rose du Tour d'Italie qu'il essaiera, une nouvelle fois, de conquérir dans deux mois.

Avant que la jonction entre les différents groupes soit effective, Jens Voigt et le meilleur grimpeur de Paris-Nice, le Belge Frederik Veuchelen (Vacansoleil-DCM), ont fait cause commune, et ont reçu progressivement le renfort de l'Allemand Simon Geschke (Project1t4i), des Espagnols Luis-Leon Sanchez et Daniel Navarro (Saxo Bank) et des Français Mickaël Chérel (Europcar) et Anthony Geslin (FDJ-BigMat).

Ces attaquants n'ont cependant pas su se mettre à l'abri du retour du peloton et puisque le danger se faisait insistant, Sanchez et Voigt se sont enfuis dans la dernière côte du parcours, la côte des Marquises, à 13 kilomètres de l'arrivée et ont résisté jusqu'au bout.

Leur sprint fut serré et Sanchez, déjà vainqueur à Cannes en 2007, à Nice en 2008 et à Fayence en 2009, s'est imposé à Sisteron comme il se l'était promis.

"J'étais dans Paris-Nice pour le classement général", assure le leader de Rabobank. "Mais les bordures dans la deuxième étape lundi m'ont été fatales. J'ai donc ciblé cette sixième étape, j'ai passé toute la journée devant mais ce fut difficile, jusqu'au bout. Dans un sprint que m'a vraiment contesté Jens Voigt, j'ai dû puiser au fond de moi-même pour l'emporter."

Mission accomplie, donc, pour Sanchez qui pourra désormais se contenter d'observer la lutte des favoris de Paris-Nice, samedi dans une étape qui se jugera à Nice, après le franchissement du col de Vence, puis, dimanche, dans le Col d'Eze.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant