Cyclisme: première victoire en arc-en-ciel de Cavendish au Qatar

le
0
MARK CAVENDISH REMPORTE LA 3E ÉTAPE DU TOUR DU QATAR
MARK CAVENDISH REMPORTE LA 3E ÉTAPE DU TOUR DU QATAR

DOHA (Reuters) - Les objectifs de Mark Cavendish sont lointains cette saison mais son talent lui a déjà permis de gagner d'entrée de jeu, mardi, lors de la troisième étape du Tour du Qatar.

Le champion du monde a devancé le Belge Tom Boonen, toujours leader de l'épreuve et le Lituanien Aidis Kruopis.

Le vent, contrairement aux années passées, ne souffle pas dans le désert du Qatar et ne permet pas une course de bordures habituelle.

Il a donc fallu attendre plus de 100 km, derrière les échappés du jour - le Français Alexandre Lemair, le Russe Mikhail Igniatiev, l'Estonien Mart Ojavee et l'Iranien Mehdi Sohrabi - pour voir enfin un peu de mouvement.

Un virage sur la gauche, une légère brise soufflant de trois quarts dos, un bon coup d'accélérateur du Team Garmin et 35 coureurs ont pris définitivement les devants.

Dans ce groupe, toutes les têtes d'affiche étaient là, à l'exception du Slovaque Peter Sagan et de l'Italien Andrea Guardini ou encore Thor Hushovd, victime d'une crevaison au moment précis où le peloton a accéléré.

La situation de Mark Cavendish était donc idéale et le Britannique n'a pas laissé passer l'occasion de lever les bras pour la première fois avec son maillot arc en ciel.

"Je suis super content de gagner déjà. Aujourd'hui, je me sentais bien même si je ne suis pas encore à 100%. Nous n'avions pas à travailler pour creuser l'écart et mes équipiers m'ont beaucoup motivé pour que je dispute le sprint", a expliqué le leader du Team Sky.

"Je leur ai demandé de me déposer dans le sillage de Tom Boonen. Le gars de Greenedge (Aidis Kruopis-NDLR) est venu me frotter à 300 mètres de la ligne, je lui ai donné un petit coup d'épaule puis j'ai fait de ce que je sais faire! C'est très spécial de gagner avec ce maillot", a-t-il poursuivi.

Deuxième, Tom Boonen était satisfait de son sort et d'avoir pris six secondes de bonification à l'Américain Tyler Farrar qui était à égalité de temps avec lui au départ de l'étape.

"Mes équipiers ont beaucoup travaillé pour creuser l'écart avec le deuxième peloton et dans le sprint Gert Steegmans a fait un gros travail mais m'a lancé un peu tôt, à 200 mètres de la ligne, avec le vent de face. Contre Cavendish chaque coup de pédale compte mais globalement cette journée est satisfaisante", a-t-il expliqué à l'issue de la course.

Gilles Le Roc'h, édité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant