Cyclisme: Peter Velits remporte le Tour d'Oman

le
0
LE SLOVAQUE PETER VELITS REMPORTE LE TOUR D'OMAN
LE SLOVAQUE PETER VELITS REMPORTE LE TOUR D'OMAN

par Gilles Le Roc'h

CORNICHE MATTRAH, Oman (Reuters) - Le Slovaque Peter Velits s'est adjugé dimanche le Tour d'Oman à l'issue d'une étape remportée au sprint par l'Allemand Marcel Kittel.

En franchissant la ligne, Marcel Kittel pouvait serrer les poings, heureux d'avoir dominé un sprint qu'il a lancé à la sortie du dernier virage, en force, profitant du vent favorable.

Il a d'abord résisté à l'assaut de Tom Boonen, puis à celui de Peter Sagan, qui devra donc se contenter d'une seule victoire d'étape cette semaine.

"Je n'arrive pas y croire !", a dit Marcel Kittel à ses équipiers à l'issue de la course, sans doute encore surpris de battre les meilleurs, lui qui s'est révélé en avril dernier en lors des Quatre-Jours de Dunkerque.

Il faisait référence peut-être au scénario d'une course marquée par l'échappée du Néerlandais Laurens Ten Dam et de deux hommes du Team Garmin-Barracuda, le Belge Johan Van Summeren et l'Américain Christian Vande Velde, repris à l'amorce du dernier tour sans que les équipiers de Kittel n'aient donné un coup de pédale plus important.

"JE SUIS SUR LA LUNE"

Dans la course à la victoire finale, le Slovaque Peter Velits n'a connu aucune frayeur, son plus proche rival, l'Italien Vincenzo Nibali ne cherchant pas à gommer son retard d'une seconde.

A bientôt 27 ans, le coureur de Bratislava confirme le talent qui lui est prêté mais qui tardait à éclore, même s'il a pris la deuxième place de la Vuelta en 2010, derrière Nibali et après déclassement de l'Espagnol Ezequiel Mosquera.

Rouleur, grimpeur, Velits est un coureur complet dont le destin a sans doute été ralenti par son appartenance à l'équipe HTC-Highroad ces deux dernières années, concentrée le plus souvent à la victoire de ses sprinteurs.

"Je suis sur la lune", a répété Velits dimanche, sur la corniche de Mattrah en succédant au palmarès du Tour d'Oman à Fabian Cancellara (2010) et à Robert Gesink (2011).

Cette année, il fait partie des nombreux coureurs recrutés par la formation belge Omega Pharma-Quick Step et si l'Allemand Tony Martin et l'Américain Levi Leipheimer se verront souvent confier le premier rôle dans les courses par étapes, Peter Velits a démontré qu'il est bien mieux qu'une éventuelle solution de secours.

Egalement très entouré dans l'aire d'arrivée, le Français Tony Gallopin a savouré sa troisième place au classement général.

En deux semaines, il s'est intégré parfaitement dans l'équipe d'Andy Schleck et a bluffé tous ses équipiers dans cette course du Sultanat d'Oman, où il a démontré sa pointe de vitesse dans les sprints et sa force dans les côtes.

"Je ne pensais pas être à ce niveau-là", a dit modestement le Francilien, qui précède au classement final deux autres Français, Sandy Casar et Arnold Jeannesson.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant