Cyclisme: Larsson fait sensation sur la 1ère étape de Paris-Nice

le
0
GUSTAV LARSSON REMPORTE LA PREMIÈRE ÉTAPE DE PARIS-NICE
GUSTAV LARSSON REMPORTE LA PREMIÈRE ÉTAPE DE PARIS-NICE

par Gilles Le Roc'h

SAINT-RÉMY LES CHEVREUSE (Reuters) - Le Suédois Gustav Erik Larsson (Vacansoleil-DCM) a fait sensation dimanche en s'imposant dans la première étape de Paris Nice disputée contre la montre sur 9 km entre Dampierre-en-Yvelines et Saint-Rémy lès Chevreuse.

En 11 minutes et 19 secondes, il a devancé le Britannique Bradley Wiggins (Team Sky) d'une seconde et l'Américain Levi Leipheimer (Omegapharma-Quickstep) de quatre secondes.

La stratégie des équipes, en ce jour menacé d'une pluie qui a fini par tomber dans les 20 dernières minutes, consistait à ne pas mettre tous leurs oeufs dans le même panier et à tenter de faire courir des hommes forts sur la route sèche.

Ce fut le cas de huit des dix premiers à l'arrivée et, bien entendu, celui du vainqueur Gustav Larsson, quatre fois champion de Suède de la spécialité et vainqueur de 12 contre-la-montre depuis le début de sa carrière sur les 18 succès qui ornent son palmarès.

"C'était le bon choix de partir tôt et pouvoir courir sur des routes sèches", dit celui qui s'était imposé en 2011 dans le dernier contre-la-montre du Tour d'Italie.

"Avant le départ, je n'étais pas sûr de mes jambes, s'agissant seulement de ma deuxième course de la saison et, surtout, je pensais que mon temps serait battu."

Larsson désignait évidemment Tony Martin, le champion du monde de la spécialité, parti sous une pluie battante et qui a concédé 25 secondes.

Bradley Wiggins, lui, a couru dans les mêmes conditions que l'Allemand mais il a pris néanmoins la deuxième place, à une seconde seulement de Larsson.

"Mon objectif est le classement final à Nice, pas de gagner ce chrono, et je n'ai pris absolument aucun risque dans les virages. Je suis donc satisfait de mon résultat", a dit le Britannique.

DES FAVORIS À LA TRAÎNE

Wiggins, Leipheimer, Tejay Van Garderen (BMC), quatrième à quatre secondes et Sylvain Chavanel (Omegapharma-Quickstep), sixième à 12 secondes, sont les grands bénéficiaires de ce contre-la-montre en prévision du classement final.

En revanche, bon nombre des favoris de la "course du soleil" ont fait une mauvaise opération.

L'Espagnol Alejandro Valverde (Movistar), par exemple, a concédé 30 secondes. Son compatriote Luis-Leon Sanchez (Rabobank), vainqueur de l'épreuve en 2009, a lâché 29 secondes.

L'Allemand Andreas Klöden (RadioShack-Nissan), deuxième en 2011, est à 36 secondes, le Slovène Janez Brajkovic (Astana), vainqueur du Critérium du Dauphiné 2010, est à 40 secondes, alors que le Russe Denis Menchov (Katusha), ancien lauréat de la Vuelta et du Giro, est à 42 secondes.

L'Italien Ivan Basso (Liquigas-Cannondale) pointe à 43 secondes, tandis que les frères Schleck (RadioShack-Nissan) ne se sont pas davantage mis en valeur.

L'aîné, Frank, est à 54 secondes. Son petit frère Andy, qui a affirmé avoir beaucoup travaillé le contre-la-montre, a concédé une minute, mesurant les progrès qu'il va devoir accomplir d'ici le mois de juillet et le Tour de France.

Dans cet exercice qui n'est généralement pas le leur, les coureurs français ont marqué des points, puisque derrière Chavanel, Rémi Pauriol, neuvième à 15 secondes, et Jérôme Coppel, dans le même temps, peuvent envisager un très bon résultat à Nice.

"Moi-même, quand je suis en forme, je passe bien les côtes et si elles sont nombreuses dans les jours à venir, je ne vais pas abandonner mon maillot jaune sans me battre", a cependant prévenu Larsson.

Un premier combat est prévu lundi entre Mantes-la-Jolie et Orléans. En traversant la plaine de la Beauce, les coureurs vont devoir affronter vent et pluie.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant