Cyclisme: la Vuelta 2012, un clin d'oeil à Alberto Contador

le
0

par Gilles Le Roc'h

PAMPELUNE, Espagne (Reuters) - Le parcours de la Vuelta 2012, dévoilé mercredi à Pampelune, semble favoriser un grimpeur, et très certainement Alberto Contador.

Le leader de l'équipe Saxo Bank sera fixé ce mois-ci sur son avenir. Le Tribunal arbitral du sport (Tas) doit rendre prochainement son verdict à la suite du contrôle antidopage positif au Clenbutérol du champion espagnol pendant le Tour de France 2010.

Contador a inscrit le Tour d'Espagne à son programme cette année et sans doute est-il davantage déterminé à disputer son Tour national après en avoir vu la carte.

Le troisième grand Tour de l'année (18 août-9 septembre), présenté par son organisateur Javier Guillen, comprend entre Pampelune et Madrid 21 étapes concentrées dans la partie nord de l'Espagne, mais propose surtout dix arrivées en côte ou au sommet de cols et seulement 40 km de contre la montre individuel.

Contador n'a pas participé à la Vuelta depuis sa victoire en 2008 mais sera inspiré par les étapes jugées au sommet de la station de ski de Valdezcaray (4e étape), en Principauté d'Andorre, dans l'inédite Collada de la Gallina (8e), au Puerto de Ancares (14e), les Lagos de Covadonga (15e), le Cuitu Negru, sur une route qui n'est pas bitumée (16e), Fuente Dé (17e) et, à la veille de l'arrivée finale, à Bola del Mundo (20e).

Pour enfoncer le clou, quatre étapes seront jugées en côte, notamment à Barcelone, où la Vuelta n'est plus allée depuis treize ans, et l'unique contre-la-montre individuel (40 km) proposera un parcours très vallonné autour de Pontevedra.

TAPIS ROUGE POUR CONTADOR

Contador n'était pas présent au Palais des Congrès de Pampelune mercredi, mais il aura sans doute entendu le message. La Vuelta a très nettement besoin du meilleur coureur du monde au départ et lui déroule le tapis rouge, de la couleur du maillot qui reviendra au vainqueur final le 9 septembre.

"C'est un parcours difficile, je l'admets, assure Javier Guillen, mais c'est compensé par le kilométrage assez court des étapes et par le faible kilométrage des transferts."

"En Espagne, nous avons la chance de disposer d'un terrain cycliste extraordinaire et nous en profitons", ajoute-t-il.

Deux semaines sépareront la fin de la Vuelta du championnat du monde de Valkenburg, aux Pays-Bas, et pour tous ceux rêvant de succéder au Britannique Mark Cavendish, il sera impératif de disputer la Vuelta pour s'y préparer.

Si, sportivement, face au Giro rendu plus humain en 2012 et au Tour de France où la montagne a été allégée, la Vuelta propose un intérêt indéniable, avec un départ de Pampelune où le contre-la-montre par équipes sera très spectaculaire, et de nouvelles étapes au Pays basque qui a renoué avec le Tour d'Espagne en 2011 après 32 ans d'absence.

Edité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant