Cyclisme: "L'UCI n'a rien à se reprocher", affirme Pat McQuaid

le
0
LE PATRON DE L'UCI CANDIDAT À SA PROPRE SUCCESSION
LE PATRON DE L'UCI CANDIDAT À SA PROPRE SUCCESSION

par Gilles Le Roc'h

VALKENBURG (Pays-Bas) (Reuters) - Pat McQuaid a annoncé samedi qu'il serait candidat à sa propre succession à la présidence de l'UCI l'an prochain mais sa conférence de presse des championnats du monde de cyclisme a été dominée par les derniers soubresauts de l'affaire Armstrong.

"A l'heure actuelle, je peux dire que je serai candidat pour un nouveau mandat (...) pour continuer le travail entrepris, tant au niveau de la mondialisation que de la lutte contre le dopage", a-t-il dit à Valkenburg, aux Pays-Bas.

Comme tous les ans depuis 1998, le dopage a été le thème principal de la rencontre avec la presse, Pat McQuaid étant questionné de multiples fois sur l'affaire Armstrong.

"Nous n'avons toujours pas reçu le dossier, ni la décision complète de l'USADA qui a décidé de sanctionner Lance Armstrong", a-t-il dit.

"Malgré ce retard et cette attente, nous sommes convaincus que le dossier et la décision permettront de clarifier tous les points de cette affaire."

Le président de l'UCI a confirmé que Lance Armstrong avait fait "deux donations à l'UCI, 100.000 dollars en 2000 et 25.000 dollars en 2002".

"La première somme a permis d'acheter une machine de traitement des flacons de sang dont nous avions besoin, la deuxième a permis de mener des actions ponctuelles de lutte antidopage chez les juniors", a-t-il précisé.

"Ces mouvements et actions sont clairs. Il n'y avait pas un conflit d'intérêt parce que Lance Armstrong était simplement un donateur. Si aujourd'hui Fabian Cancellara et Tom Boonen faisaient cette proposition, je l'accepterais."

"AMNISTIE INAPPROPRIEE"

Confronté à l'accusation par d'anciens coureurs que l'UCI aurait prévenu Lance Armstrong des contrôles qu'il devait subir, Pat McQuaid a répondu par une statistique:

"L'UCI n'a jamais caché un contrôle positif, ni pour Armstrong ni pour un autre coureur. Que Lance Armstrong ait été prévenu, c'est faux. Il a subi 500 contrôles dans sa carrière. 215 l'ont été par l'UCI, 285 l'ont été par l'agence Mondiale Anti-dopage (AMA), par l'agence américaine (USADA) et l'agence française (AFLD). S'il a été prévenu, il faut chercher de ce côté?"

En juillet, le président de l'UCI avait émis l'idée d'une amnistie pour les dopés.

"Quand j'ai mentionné l'idée de l'amnistie, je pensais à une commission de réconciliation et j'avais pris l'engagement d'en discuter à Valkenburg. Il a été décidé qu'il serait inapproprié de le faire maintenant. Le code mondial antidopage ne le prévoit pas", a-t-il dit.

A l'heure du bilan de son mandat et au moment où il va lancer sa campagne électorale, Pat McQuaid a répété que "l'UCI n'a rien à se reprocher".

Il a déclaré comprendre "en lisant les journaux qu'il y a un problème de perception et de crédibilité du cyclisme" mais il a aussi dit sa conviction que "le cyclisme est désormais en excellente position", en se référant à l'incontestable succès populaire du cyclisme sur route lors des Jeux Olympiques de Londres.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant