Cyclisme: l'année noire des frères Schleck et de RadioShack

le
0
LES ESPOIRS DÉÇUS DES FRÈRES SCHLECK
LES ESPOIRS DÉÇUS DES FRÈRES SCHLECK

par Gilles Le Roc'h

BAGNÈRES-DE-LUCHON, Haute-Garonne (Reuters) - L 'année 2012 devait être celle des frères Andy et Fränk Schleck, montés sur le podium du Tour en 2011. Mais le contrôle positif de l'aîné Frank après la 13e étape du Tour conclut une saison horrible pour les deux leaders de RadioShack-Nissan, plongée dans la tourmente.

Comme tous les coureurs pris lors d'un contrôle antidopage, Fränk Schleck crie au complot après avoir quitté le Tour de France.

Si l'incident noircit énormément sa réputation, elle accable aussi sa formation, déjà confrontée à de nombreux soucis et dont l'avenir s'obscurcit.

Née de la fusion du Team RadioShack de Johan Bruyneel et de Leopard-Trek, financée par l'homme d'affaires luxembourgeois Flavio Becca, cette équipe était pourtant, sur le papier, la plus redoutable en début de saison.

L'association de Johan Bruyneel, un manager qui a gagné neuf fois le Tour et d'un coureur, Andy Schleck, qui l'a gagné sur tapis vert en 2010 et a fini deuxième à deux reprises, ne manquait pas de piment.

D'autant que la suspension d'Alberto Contador sur décision du Tribunal arbitral du sport, en février, avait renforcé l'idée que l'arrivée des frères Schleck dans le giron de Bruyneel promettait beaucoup.

Mais au final, cette saison s'apparente à un désastre.

MÉFORME, DOPAGE ET FINANCES

L'absence de résultats est la conséquence d'un ensemble de détails mais dès le départ, les frères Schleck, n'acceptant pas la fusion et la mise en retrait de leur ancien patron mais toujours ami Kim Andersen, ont mis de la mauvaise volonté.

Il y a eu à l'origine un problème de compatibilité entre eux et Bruyneel, qui a décidé de les séparer, de leur faire suivre un programme différent. Inacceptable pour les Schleck.

Depuis Paris-Nice, qu'il abandonna malade, Andy Schleck n'a jamais été en forme et sa blessure, dans une chute pendant le Critérium du Dauphiné, l'a contraint au forfait dans le Tour.

Son frère Fränk, bien peu fringant au printemps, s'est retrouvé leader dans le Tour d'Italie. Il l'a quitté contre toute attente, provoquant la colère de Johan Bruyneel.

Le manager avait alors prévenu que, dans son effectif, seul Fabian Cancellara avait sa place assurée dans le Tour.

Vainqueur du prologue à Liège et porteur du maillot jaune pendant une semaine, le Suisse pensait avoir offert à son équipe le résultat attendu. La première place au classement par équipe était une autre satisfaction.

Mais le contrôle positif à un diurétique de Fränk Schleck, au soir de la 13e étape au Cap d'Agde, est dévastateur pour une formation de plus en plus mal en point ces dernières semaines.

Il y a également des retards de paiement des salaires des coureurs, en mai.

Puis Johan Bruyneel est cité dans l'affaire Armstrong, qui rebondit aux Etats-Unis avec l'ouverture d'une procédure par l'Agence américaine antidopage (USADA), avant d'être prié de ne pas venir sur le Tour.

Les Schleck ont alors manifesté leur désir de couper les ponts avec lui.

Enfin, une rumeur, de plus en plus insistante, prétend que Flavio Becca, qui avait construit une équipe pour et autour d'eux, serait lassé et peu enclin à rester dans le peloton.

Autant de raisons de croire à la fin prochaine de RadioShack et de douter de l'avenir de la fratrie luxembourgeoise.

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant