Cyclisme: Katusha dans l'attente

le
0
KATUSHA DANS L'ATTENTE DE LA DÉCISION SUISSE CONCERNANT SA DEMANDE DE RÉINTÉGRATION DANS LE WORLD TOUR
KATUSHA DANS L'ATTENTE DE LA DÉCISION SUISSE CONCERNANT SA DEMANDE DE RÉINTÉGRATION DANS LE WORLD TOUR

par Gilles Le Roc'h

MASCATE (Reuters) - L'équipe Katusha dispute le Tour d'Oman après celui du Qatar mais a les yeux rivés sur la Suisse, où le Tribunal arbitral du sport (Tas) doit rendre sa décision sur sa demande de réintégration dans le World Tour.

La formation aux 29 victoires en 2012, emmenée par le numéro un mondial Joaquim Rodriguez, conteste son éviction décidée en décembre par la commission des licences de l'Union cycliste internationale (UCI).

L'UCI n'a jamais fait connaître les raisons précises de cette décision dont Katusha a fait appel devant le Tas, et seule la rumeur d'un problème "éthique" est venue expliquer que les Russes n'appartiennent pas au World Tour.

Joaquim Rodriguez a, pour sa part, menacé de trouver une équipe qui lui garantirait une participation au Tour de France.

Le Tas a reçu la délégation russe vendredi et précisé qu'il lui faudrait une à deux semaines pour faire connaître son verdict, attendu avec une certaine morosité par le directeur sportif Valerio Piva et ses coureurs.

"La période est compliquée. On attend la décision du Tas et c'est un moment d'insécurité pour tout le monde", a dit l'Italien lundi.

"Ça ne change rien pour le moment et nous commençons la saison comme si nous étions encore en World Tour mais les premières invitations pour les grandes courses sont tombées. Nous ne ferons pas Paris-Nice, le Giro ou le Critérium du Dauphiné. Et rien n'est sûr pour les classiques ardennaises ou le Tour de France."

"IL Y A UNE SEULE ÉTHIQUE, NON ?"

Les coureurs veulent avoir une garantie quant au programme de leur saison et ils répètent souvent que la décision de l'UCI a été un choc, totalement inattendu.

"On entend dire que la raison est éthique. Que ce serait à la suite du contrôle positif de Denis Galimzyanov au printemps dernier, mais il a reconnu sa faute et a été suspendu deux ans", a poursuivi Valério Piva, arrivé en 2012 de HTC-Colombia.

"Après, on entend que la présence de Denis Menchov est gênante, que l'affaire de Padoue (une enquête sur un réseau de dopage menée en Italie, NDLR) va faire mal mais ce ne sont que des rumeurs. Nous voulons du concret."

"Et s'il s'agit d'une décision éthique, pourquoi l'éthique ne nous permet pas d'être en World Tour mais ne pose pas de problème en Continental Pro. Il y a une seule éthique, non ?"

Puisque le World Tour a débuté en janvier, il serait surprenant que Katusha réintègre la première division dont le règlement stipule qu'elle ne peut excéder 18 équipes.

"Nous avons eu une réunion immédiatement après la décision de la commission des licences et nos dirigeants nous ont assuré que l'équipe continuera", a assuré Piva.

"Le projet est à long terme. On essaiera de montrer notre valeur et de revenir en World Tour en 2014. On nous dit qu'il n'y a pas de danger immédiat avec le sponsor mais on ne sait jamais."

Le risque premier est donc de voir Joaquim Rodriguez quitter cette équipe. Il se de dit dans le peloton qu'il pourrait rejoindre Lampre-Merida, ce qui aboutirait au départ de Michele Scarponi, ou Euskaltel.

"S'il reste avec nous, on aura plus de chances d'être invités. Il sait que s'il part on sera en grande difficulté, surtout avec les courses d'ASO", a prévenu Piva.

"Sans lui ce sera difficile, c'est notre meilleur coureur (...) 'Purito' je le comprends ! Il se sent bien dans ce groupe et veut rester mais il veut absolument disputer le Tour de France. Pour essayer de le gagner. Les jours qui viennent vont être difficiles."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant