Cyclisme: Elia Viviani gagne en Chine en pensant à Londres

le
0

par Gilles Le Roc'h

SHUNYI, Chine (Reuters) - L'Italien Elia Viviani a réussi un tour de force samedi dans la quatrième étape du Tour de Pékin en parvenant à convaincre son équipier chez Liquigas Peter Sagan, 15 victoires cette saison, de travailler pour lui pour remporter son premier succès dans le World Tour.

Il a remporté la quatrième étape, courue sur 189,5 km entre Yanqing et Shunyi en devançant Sagan et l'Argentin Juan-Jose Haedo (Saxo Bank).

Cette étape, allant à la rencontre de la Muraille de Chine pour finir sur le site olympique d'aviron et de canoë-kayak, s'est de nouveau disputée à un rythme élevé, imposé par une échappée comprenant le Français Charly Bérard (Ag2R-La Mondiale), l'Italien Damiano Cunego (Lampre-ISD) et le Chinois Meiyin Wang, témoignant que la sélection chinoise a beaucoup travaillé en amont afin de tenir son rang.

La première partie de cette longue étape était favorable à une échappée, la deuxième beaucoup moins et le sprint était dès lors inévitable.

"Nous nous sommes mis rapidement d'accord. Peter Sagan s'est sacrifié pour moi après un travail très important de Davide Cimolai et Daniel Oss. Après, bien entendu, il fallait gagner", a dit Viviani.

Valeur montante du cyclisme italien, il s'affirme aujourd'hui dans le sprint mais son plan de carrière n'est pas fixé.

En 2012, il rêve de découvrir Milan-San Remo et le Tour d'Italie, les seules courses comptant réellement au regard des tifosi, mais il est aussi le seul capable de représenter son pays lors des compétitions sur piste des prochains Jeux Olympiques.

Depuis la retraite du sprinteur Roberto Chiappa, la piste italienne est sinistrée et seul Viviani pourrait porter les couleurs de la Squadra Azzurra à Londres dans l'épreuve de l'Omnium, ticket qu'il essaiera de gagner lors des prochains championnats du monde sur piste à Melbourne début avril.

"Je pourrais choisir route ou piste mais je crois qu'il va falloir que je choisisse les Jeux Olympiques", dit Viviani en souriant.

"Cela ne me pose pas de problèmes. J'aime les deux et ma carrière ne fait que commencer."

Edité par Chrystel Boulet-Euchin et Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant