Cyclisme: Ekimov, victime de la fusion RadioShack-Leopard Trek

le
0

par Gilles Le Roc'h

PEKIN (Reuters) - Viatceslav Ekimov apprend un nouveau métier, ayant investi dans un magnifique appareil photo numérique qu'il teste à Pékin où il accompagne l'équipe RadioShack pour la dernière fois.

Le fidèle équipier de Lance Armstrong passé adjoint de Johann Bruyneel est une victime de la fusion de son équipe avec le team Leopard-Trek.

A chaque question relative aux coureurs de l'équipe américaine présente en Chine, Ekimov, avec le sourire, dirige ses interlocuteurs vers le Portugais José Azevedo, qui est le patron de RadioShack dans cette épreuve.

Lui, l'un des derniers champions du monde de l'URSS (poursuite individuelle en 1987) semble prendre du plaisir à vivre la course avec détachement, sans bien entendu vouloir abandonner le cyclisme, qui est sa passion.

"Johan Bruyneel m'a aidé à prendre la décision de quitter l'équipe RadioShack l'année prochaine", dit-il, devant accueillir des directeurs sportifs de la formation Leopard-Trek. "Mon collègue français Alain Gallopin est un 'survivant' et va rester. Pas moi !"

C'est une page qui se tourne dans la structure dirigée par Johan Bruyneel depuis 1998 (US Postal, Discovery Channel, RadioShack) et pour "Eki", qui était avec George Hincapie l'équipier préféré de Lance Amstrong, loué par le Texan pour savoir se détourner de l'enjeu du Tour de France en lisant, tous les soirs, des oeuvres de littérature.

Le temps venu de prendre sa retraite, sa reconversion était toute trouvée, Ekimov est devenu directeur sportif de la formation américaine. C'était en 2007, après une saison blanche en raison d'une grave chute en 2005 au cours de laquelle il s'était fracturé une vertèbre.

"Je ne suis pas inquiet pour mon avenir", dit le Russe né à Vyborg il y a 45 ans. "J'ai rendez-vous la semaine prochaine à Moscou avec Igor Makharov, le président de la Fédération russe, pour voir dans quelle mesure je peux m'intégrer au Russian Global Project représenté par l'équipe Katusha."

L'équipe russe vit en effet sa révolution puisque son créateur Andre Tchmil va quitter son poste de manager à la fin de la saison avant de briguer le poste de président de la Fédération européenne de cyclisme et de laisser la place à l'Allemand Hans-Michael Holczer.

"Ce projet n'est pas seulement une équipe professionnelle mais un ensemble concernant des coureurs espoirs et juniors et je pense qu'il est nécessaire de le réorganiser. J'aimerais beaucoup le rejoindre pour y apporter mon expérience", explique-t-il.

Service des Sports

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant