Cyclisme - Direct Energie : Voeckler raccrochera à l'arrivée du Tour 2017

le
0
Cyclisme - Direct Energie : Voeckler raccrochera à l'arrivée du Tour 2017
Cyclisme - Direct Energie : Voeckler raccrochera à l'arrivée du Tour 2017

Thomas Voeckler a annoncé dans un entretien accordé au quotidien L’Equipe qu’il mettra un terme à sa carrière professionnelle à l’issue du prochain Tour de France, le 23 juillet prochain.

S’il vient à terminer le Tour de France 2017, la remontée des Champs-Elysées aura certainement un goût particulier pour Thomas Voeckler. Le 23 juillet 2017 sera un jour particulier pour le coureur de la formation Direct Energie puisque ce sera son dernier en tant que professionnel. Le natif de Schiltigheim a confirmé son choix de raccrocher le vélo l’an prochain dans un entretien accordé au quotidien L’Equipe et est résolu à tenir sa parole. « Le Tour m’a tout donné, alors je m’arrêterai là où tout a commencé, confirme le quatrième du Tour de France 2011. Même si je suis champion de France, je ne reviendrai pas dessus. »

Une décision qui s’est imposée d’elle-même

Une décision, l’affirme Thomas Voeckler, qui n’est pas venue sur un coup de tête mais qui est issue d’une longue réflexion avec ses proches. « Ça me travaillait, j’en perdais le sommeil. Et puis un jour, ça m’est apparu comme une évidence, assure l’Alsacien. Je me suis dit : tu fais un dernier Tour et tu arrêtes. » Une carrière professionnelle longue de seize années où ses principaux faits d’armes, mis à part le fait d’avoir manqué d’un rien le podium du Tour de France il y a cinq ans, ses 20 jours à porter le maillot jaune et le maillot à pois remporté en 2012, resteront ses deux titres de champion de France en 2004 et 2010. Son palmarès compte aussi trois victoires de prestige avec le Grand Prix de Plouay en 2007, celui de Québec en 2010 et La Flèche Brabançonne en 2012.

Une reconversion dans le cyclisme

Au terme d’une si belle carrière professionnelle, rien n’indique que Thomas Voeckler reste loin du peloton. L’élève de Jean-René Bernaudeau ne semble pas intéressé par l’idée de prendre la suite de son mentor après s’être offert une pause d’un an « pour découvrir d’autres choses, dans des domaines divers ». Il a confié que deux rôles bien distincts autour du cyclisme pourraient l’intéresser à court ou moyen terme : celui de consultant à la télévision, une idée venant de l’actuel patron du service des sports de France Télévisions Daniel Bilalian, et celui de... sélectionneur de l’équipe de France ou, au moins, celui d’adjoint. « Je me verrais bien dans ce rôle auprès de Bernard Bourreau, assure Thomas Voeckler, je pense avoir une petite légitimité dans ce domaine. » Non, Thomas Voeckler ne va pas rester loin d’un vélo longtemps, et c’est peut-être une bonne chose pour le cyclisme français.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant