Cyclisme : Cavendish et Wiggins de retour sur la piste

le
0
Mark Cavendish le 4 mars.
Mark Cavendish le 4 mars.

Les deux stars britanniques sont les têtes d’affiche des Mondiaux de Londres qui se déroulent jusqu’au 6 mars. Le premier entretient une relation tourmentée avec la piste, le second y a conquis un statut de dieu du sport britannique.

La première fois que la tête couronnée du cyclisme britannique a croisé son enfant terrible, c’était dans un vélodrome, à Manchester. En 2003, Bradley Wiggins n’était pas encore sir mais déjà médaillé olympique, et il préparait le premier de ses sept titres de champion du monde sur piste. Mark Cavendish, lui, était, à 18 ans tout juste, guichetier d’une agence bancaire Barclays sur l’île de Man, mais aussi la grande gueule joufflue des aspirants champions du cyclisme britannique.

Dimanche 6 mars, Wiggins, 35 ans, et Cavendish, 30 ans, se retrouveront sur un vélodrome pour leur dernier défi commun : le championnat du monde de course à l’américaine, une épreuve de relais sur cinquante kilomètres, la discipline historique de la piste, la plus spectaculaire et la plus incompréhensible aussi. La dernière fois qu’ils ont couru ensemble dans une grande compétition, l’un n’avait que quatre victoires d’étape sur le Tour de France ­selon sa fiche Wikipédia, l’autre ne fréquentait pas le macadam. C’était il y a huit ans, pour l’une des brouilles mémorables de la petite famille du cyclisme britannique.

Une course à l’américaine, déjà, aux Jeux olympiques de Pékin en 2008. Champions du monde cinq mois plus tôt à Manchester, « Wiggo » et « Cav », comme on les appelle outre-Manche, ne sont que neuvièmes aux JO, le grand rouquin étant épuisé par une ­semaine à six courses – et deux médailles d’or. Son cadet, lui, n’a que l’américaine à disputer et a le sentiment de courir avec un fantôme...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant