Cybersécurité: Symantec rachète son concurrent Blue Coat

le
0
Cybersécurité: Symantec rachète son concurrent Blue Coat
Cybersécurité: Symantec rachète son concurrent Blue Coat

La société américaine de sécurité informatique Symantec a annoncé avoir racheté son concurrent Blue Coat pour environ 4,65 milliards de dollars en numéraire auprès notamment de son actionnaire majoritaire, le fonds Bain Capital, selon un communiqué.L'opération, approuvée par les conseils d'administration des deux entreprises, doit être finalisée d'ici octobre, précise le document diffusé dimanche soir. Symantec, éditeur entre autres des logiciels anti-virus Norton, la financera par un emprunt de 2,8 milliards de dollars et des liquidités à sa disposition.La transaction permet également à Symantec, qui avait annoncé en avril le départ de son directeur général Michael Brown après seulement 18 mois en fonction, de régler le problème de sa succession: il sera remplacé par l'actuel directeur général de Blue Coat, Greg Clark.Blue Coat, qui fournit notamment des solutions de sécurité pour les services en ligne à plus de 15.000 clients, a dégagé un chiffre d'affaires de près de 600 millions de dollars lors de son exercice achevé le 30 avril, en hausse de 17% sur un an.A données comparables, la nouvelle entreprise aura un chiffre d'affaires de 4,4 milliards de dollars en 2016, dont 62% viendra des entreprises.La transaction prévoit parallèlement un investissement de 500 millions de dollars de la part du fonds Silver Lake, qui avait déjà apporté la même somme en février. Bain Capital devrait aussi réinvestir 750 millions de dollars dans l'entreprise.Bain avait acheté Blue Coat en mars 2015 pour 2,4 milliards de dollars, en vue à l'époque d'une introduction en Bourse.Fragilisé financièrement, Blue Coat avait quitté Wall Street en 2012, après son acquisition par un autre fonds, Thoma Bravo, pour 1,3 milliard de dollars.Symantec recentre actuellement ses activités sur la cybersécurité, où il doit défendre sa place de numéro un mondial face à une concurrence croissante. Il avait notamment vendu en août 2015 sa division ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant