Cybersécurité-Séoul sollicite la coopération de la Chine

le
0

(Actualisé avec précisions, contexte) SEOUL, 24 décembre (Reuters) - La Corée du Sud a invité Pékin à coopérer à l'enquête ouverte après le piratage informatique de l'exploitant de ses centrales nucléaires, qui semble provenir du nord-est de la Chine, a-t-on appris mercredi de source proche du parquet à Séoul. Le fait que les adresses utilisées par les pirates aient été localisées en Chine ne démontre pas que l'attaque ait été lancée de Chine, a-t-on souligné. La compagnie Korea Hydro and Nuclear Power (KHNP), opérateur des 23 réacteurs nucléaires sud-coréennes, a fait savoir lundi que ses systèmes informatiques avaient été attaqués. La présidente Park Geun-hye a ordonné une inspection des systèmes de protection des infrastructures nationales face à ce qu'elle a qualifié de "cyberterrorisme". ID:nL6N0U7119 La piste nord-coréenne n'a pas écartée mais rien ne permet pour le moment de l'étayer, a-t-on précisé de source proche du parquet. Les enquêteurs ont pu remonter jusqu'à de multiples adresses IP à Shenyang, non loin de la frontière nord-coréenne. L'un des auteurs présumés du piratage a exigé sur Twitter la mise à l'arrêt de trois réacteurs nucléaires sud-coréens d'ici jeudi, faute de quoi il promet de semer "la destruction". Des équipes de surveillance mises sur pied par l'autorité de sûreté nucléaire sud-coreénne, la compagnie KHNP et les pouvoirs publics ont été placées en état d'alerte. Fin novembre, le réseau informatique de Sony Pictures 6785.T avait été la cible d'une attaque informatique complexe dont les Etats-Unis ont imputé la responsabilité à Pyongyang. Les hackers, agissant sous le surnom de "Gardiens de la Paix", menaçaient de mener de nouvelles offensives contre les exploitants de salles si le film "The Interview" n'était pas retiré de l'affiche. La comédie, qui relate les aventures de deux journalistes recrutés par la CIA pour assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, a suscité la colère des autorités nord-coréennes, qui ont dénoncé "un acte de guerre". Une semaine après avoir renoncé à sa sortie, Sony Pictures a finalement annoncé mardi qu'il serait projeté dans 200 salles à partir du 25 décembre. ID:nL6N0U801K (Meeyoung Cho, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant