Cyberdéfense: la France passe à l'offensive

le
0
Cyberdéfense: la France passe à l'offensive
Cyberdéfense: la France passe à l'offensive

En faisant de la cyberdéfense l'une de ses priorités en matière de sécurité, la France monte en puissance pour se protéger des attaques informatiques qui se multiplient avec l'omniprésence d'internet et des systèmes d'information, et menacent ses intérêts vitaux."Les cyberattaques constituent, dès aujourd'hui, et plus encore à l'horizon du Livre blanc, une menace majeure, à forte probabilité et à fort impact potentiel" : le constat est simple, les attaques informatiques font partie des ces "nouvelles menaces" déclinées par le Livre blanc 2013, dont les dégâts peuvent être considérables.La cyberdéfense recouvre un nouvel espace de confrontation où les combattants sont des surdoués de l'informatique, les cibles les ordinateurs et les systèmes numériques de l'adversaire."Des actions venues de groupes ou d'Etats peuvent interférer sur l'ensemble de nos systèmes numériques et remettre en cause le fonctionnement d'infrastructures vitales pour le pays", a résumé mercredi le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.La France va donc développer ses capacités de défense, renforcer la sécurité de ses systèmes, mais elle veut également se doter d'"une capacité informatique offensive", pour anticiper les attaques. Une posture nouvelle, même si les services de renseignement n'ont pas attendu pour agir, en toute discrétion, sur ce terrain.Le cyberespace n'a pas de frontière et l'agresseur se fait rarement connaître. En août dernier, la compagnie nationale pétrolière d'Arabie saoudite a fait l'objet d'une attaque qui a endommagé 30.000 de ses postes de travail. Deux ans plus tôt, un virus introduit dans les systèmes informatiques du programme nucléaire de Téhéran avait touché des dizaines de milliers d'ordinateurs en Iran.Si la France n'a pas fait l'objet d'attaques majeures, le cyberespionnage, en particulier dans le domaine économique y est omniprésent.Dès 2009, elle s'est dotée...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant