Cybercriminalité: la sécurité informatique est l'affaire de tous

le
0
Cybercriminalité: la sécurité informatique est l'affaire de tous
Cybercriminalité: la sécurité informatique est l'affaire de tous

Les spécialistes de la cybercriminalité se réunissent cette semaine à Monaco avec pour ambition d'étendre à l'ensemble de la population les comportements et réflexes qui permettront de mieux résister à des pirates informatiques de plus en plus audacieux."Se protéger, ça passe par des règles", explique à l'AFP le directeur général de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), Guillaume Poupard."Il y a des règles de conception des systèmes, des règles d'administration de ces systèmes, des règles de gouvernance, des règles de comportement de la part des agents... Quand vous appliquez toutes ces règles et que vous le faites proprement, ça ne garantit pas une sécurité à 100%, mais il n'y a plus grand chose qui passe", estime-t-il.Le propos peut paraître bien optimiste, alors qu'on apprend tous les jours ou presque que des cybercriminels arrivent à se promener dans des systèmes informatiques les plus divers, volent des fichiers, détournent de l'argent ou menacent de tout bloquer."Au sein des entreprises, il y a évidemment un responsable de la sécurité des systèmes d'information: il est indispensable, mais pas suffisant. L'idée, c?est vraiment de se dire que chacun est acteur de cette cybersécurité: le PDG, le directeur juridique, le directeur financier... Chacun à un rôle à jouer", souligne-t-il.Y compris l'intérimaire, généralement oublié dans les procédures, alors qu'il a souvent accès aux systèmes.Pas étonnant, dans ce contexte, que les Assises de la sécurité et des systèmes d'information soient de moins en moins une réunion de spécialistes. Quelque 2.500 personnes y sont attendues de mercredi à vendredi, à Monaco. La menace reste des plus sérieuses, d'autant que le problème de la sécurité informatique a longtemps été négligé.L'Etat a identifié plus de 200 opérateurs d'importance vitale (OIV), privés et publics, "qui exploitent ou utilisent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant