Cybercriminalité : Europol démantèle un réseau contrôlant des millions de PC

le
0
Cybercriminalité : Europol démantèle un réseau contrôlant des millions de PC
Cybercriminalité : Europol démantèle un réseau contrôlant des millions de PC

L'agence européenne de police Europol a annoncé mercredi avoir démantelé un réseau cybercriminel ayant pris le contrôle de 3,2 millions d'ordinateurs dans le monde, pour notamment subtiliser des données bancaires.

Les enquêteurs allemands, italiens, néerlandais et britanniques d'Europol ont travaillé main dans la main avec Microsoft, le fournisseur de logiciels Symantec et la société spécialisée dans les menaces informatiques AnubisNetworks.

L'opération ciblait le virus Ramnit au moyen duquel le réseau cybercriminel accédait à distance aux ordinateurs et en prenait le contrôle pour voler des données personnelles, notamment des informations bancaires et des mots de passe. 

L'un des six modules de Ramnit détecte quand le propriétaire de l'ordinateur se connecte au site web de sa banque. De fausses pages Internet peuvent apparaître, demandant à l'utilisateur de renseigner des données personnelles. Le virus permet également de désactiver les protections antivirus.

Un virus encore actif

Apparu en 2010, le malware contamine uniquement les ordinateurs fonctionnant sous Windows. Un clic sur un lien dans un e-mail ou une visite sur un site web infecté suffit à contaminer les PC.

Les premiers pays touchés par Ramnit sont l'Inde (27 %), l'Indonésie (18 %) et le Vietnam (12 %), explique Symantec. Il est impossible de dire si la France a été impactée, 12 % des ordinateurs n'ayant pas été localisés. 

«Bien que le nombre d'ordinateurs infectés ait décru avec le temps, Ramnit est encore très actif», prévient Symantec, qui évoque encore 6 700 infections en novembre 2014.

Mais selon le chef des opérations au Centre de lutte contre la cybercriminalité d'Europol, Paul Gillen, interrogé par Reuters, «les criminels ont perdu le contrôle de l'infrastructure qu'ils utilisaient».

Les pédophiles utilisent Skype et les bitcoins

Les criminels diffusant des abus sexuels d'enfants en direct sur internet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant