Cyberattaque: les dirigeants de Sony Pictures promettent que le studio survivra

le
0
Cyberattaque: les dirigeants de Sony Pictures promettent que le studio survivra
Cyberattaque: les dirigeants de Sony Pictures promettent que le studio survivra

Les dirigeants de Sony Pictures ont promis lundi que le studio de cinéma et de télévision survivrait à l'attaque informatique massive dont il a fait l'objet fin novembre, alors même que les pirates ont proféré de nouvelles menaces pour Noël.Lors de deux brèves réunions d'une vingtaine de minutes chacune au siège du studio à Culver City, dans l'ouest de Los Angeles, lundi après-midi, le directeur général de Sony Pictures Entertainment (SPE) Michael Lynton et la co-présidente Amy Pascal se sont exprimés à propos du piratage informatique du 24 novembre, l'un des plus vastes ayant jamais ciblé une entreprise de ce calibre.D'après une source proche du dossier, ils ont été applaudis par les salariés du groupe.Après la réunion, les employés sortant du siège se sont refusé à tout commentaire sur l'attaque comme sur les réunions.M. Lynton a déploré une opération "criminelle" qui a ciblé des "victimes innocentes": 47.000 personnes au total auraient été ciblées par l'attaque, dont des célébrités et les plus hauts dirigeants de SPE, leurs données personnelles y compris leurs adresses, emails, numéros de sécurité sociale ayant été dérobés.Cette attaque "ne nous mettra pas à terre", a promis M. Lynton. "Il n'y a pas d'inquiétude à avoir sur l'avenir de ce studio", a-t-il repris, selon cette source.Amy Pascal, dont des emails très embarrassants, notamment certains contenant des propos racistes à propos du président américain Barack Obama, ont fuité lors de l'attaque, a affirmé que les employés étaient "la colonne vertébrale de ce groupe". - Traverser l'orage - "Vos efforts et votre persévérance nous permettront de traverser tout cela", a-t-elle ajouté, a encore rapporté cette source proche du dossier précisant que les dirigeants de Sony Pictures avaient été applaudis par les employés.Sony se trouvait depuis l'attaque en mode de gestion de crise, notamment ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant