Cyberattaque contre Sony: Obama modère le ton mais va répondre

le
0
Cyberattaque contre Sony: Obama modère le ton mais va répondre
Cyberattaque contre Sony: Obama modère le ton mais va répondre

Barack Obama a modéré le ton dans l'affaire du piratage informatique contre Sony Pictures dont est accusé Pyongyang, tout en indiquant que Washington allait étudier la possibilité de placer à nouveau la Corée du Nord sur la liste des Etats soutenant le terrorisme."Non, je ne pense pas que cela ait été un acte de guerre. Je pense que c'était un acte de cyber-vandalisme qui a été très coûteux", a déclaré le président Obama, dans un entretien diffusé dimanche par CNN mais réalisé vendredi avant son départ pour Hawaï en vacances."Nous le prenons très au sérieux et notre réponse sera proportionnée", a ajouté le président.Sans directement lier ses propos au piratage, Barack Obama a néanmoins indiqué que les Etats-Unis allaient étudier la possibilité de remettre la Corée du Nord sur leur liste des Etats soutenant le terrorisme, dont elle a été retirée en 2008.La décision américaine de retrait de la liste avait été prise après que Pyongyang ait promis d'ouvrir ses installations nucléaires aux inspecteurs internationaux."Nous allons procéder à un examen par le biais d'un processus déjà en place", a indiqué le président. "Nos critères pour dire qu'un Etat soutient le terrorisme sont très clairs. Nous n'émettons pas ces jugements uniquement sur la base des événements du jour. Nous passons en revue tous les éléments et, selon ces faits, nous nous prononçons", a-t-il ajouté.Washington accuse la Corée du Nord d'être responsable de l'attaque contre Sony Pictures, qui a conduit la société à annuler la sortie prévue pour Noël de "L'interview qui tue!", une comédie sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un.-Une "nouvelle façon de faire la guerre"-M. Obama a répété que Sony n'aurait pas dû annuler la sortie du film. "Si nous établissons un précédent où un dictateur peut perturber en la piratant la chaîne de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant