Cyber-espionnage: Washington poursuit des militaires chinois

le
0
Cyber-espionnage: Washington poursuit des militaires chinois
Cyber-espionnage: Washington poursuit des militaires chinois

La justice américaine a inculpé lundi cinq officiers de l'armée chinoise pour "piratage informatique" et "espionnage économique", une première reflétant l'inquiétude de Washington sur l'ampleur du pillage informatique téléguidé par Pékin.Pékin a immédiatement réagi, dénonçant des accusations "absurdes", s'appuyant sur des "faits fabriqués" et qui mettent "en danger la coopération et la confiance mutuelle entre la Chine et les Etats-Unis".Un grand jury de Pennsylvanie, dans l'est du pays, a inculpé cinq officiers chinois, "membres de l'Unité 61398 du Troisième département de l'Armée de libération du peuple", le nom officiel de l'armée chinoise, a annoncé le ministre américain de la justice, Eric Holder."Cette affaire d'espionnage économique présumé perpétré par des membres de l'armée chinoise représente les premières poursuites jamais engagées à l'encontre d'un acteur étatique pour ce type de piratage", s'est-il félicité lors d'une conférence de presse.Les officiers poursuivis --Wang Dong, Sun Kailiang, Wen Xinyu, Huang Zhenyu et Gu Chunhui-- sont accusés d'avoir, entre 2006 et 2014, volé des secrets commerciaux d'entreprises américaines spécialisées dans l'énergie nucléaire ou solaire ou encore dans la métallurgie.Parmi ces entreprises figurent Westinghouse, US Steel, Allegheny Technologies, Alcoa, ainsi que des filiales de la société SolarWorld.En 2010 par exemple, "pendant que Westinghouse négociait avec une entreprise publique chinoise la construction de réacteurs nucléaires, les pirates volaient les plans de composants de ces réacteurs", a détaillé le ministre.Les documents judiciaires citent également, parmi d'autres, le cas d'Alcoa qui discutait d'un partenariat avec une entreprise publique chinoise en février 2008 et qui a été victime à la même époque d'une attaque informatique au cours de laquelle ont été volés ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant