Cyber-espionnage: 5 officiers chinois inculpés aux Etats-Unis, une première

le
0
Cyber-espionnage: 5 officiers chinois inculpés aux Etats-Unis, une première
Cyber-espionnage: 5 officiers chinois inculpés aux Etats-Unis, une première

La justice américaine a inculpé cinq officiers de l'armée chinoise pour «piratage informatique» et «espionnage économique» à l'encontre de plusieurs sociétés américaines. «Cette affaire d'espionnage économique présumé perpétré par des membres de l'armée chinoise représente les premières poursuites jamais engagées à l'encontre d'un acteur étatique pour ce type de piratage», a déclaré lundi le ministre de la Justice Eric Holder lors d'une conférence de presse.

Secrets commerciaux volés

Les inculpations, délivrées par un Grand jury de Pennsylvanie  visent des faits perpétrés entre 2006 et 2014 par des «membres de l'Unité 61398 du Troisième département de l'Armée de libération du peuple» le nom officiel de l'armée chinoise. Ces officiers sont accusés d'avoir volé des secrets commerciaux d'entreprises américaines spécialisées dans l'énergie nucléaire ou solaire ou encore dans la métallurgie.

Parmi ces entreprises figurent la société Westinghouse, US Steel, Allegheny Technologies, Alcoa, ainsi que des filiales de la société SolarWorld. «L'éventail des secrets commerciaux et autres informations sensibles volées dans cette affaire est important et exige une réponse agressive», a affirmé Eric Holder, selon qui le succès des entreprises doit dépendre de leur capacité à innover et non reposer sur «la capacité d'un gouvernement à espionner et voler des secrets commerciaux».

Le gouvernement américain «ne tolérera pas les actions d'aucun Etat qui cherche à saboter illégalement des sociétés américaines et à miner l'intégrité d'une compétition équitable» sur le marché, a-t-il ajouté. Le directeur du FBI James Comey, cité dans un communiqué, a de son côté estimé que «pendant trop longtemps, le gouvernement chinois a utilisé le cyber-espionnage de façon éhontée pour obtenir des avantages économiques pour ses industries d'Etat».

Haute tension entre Pékin et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant