Cyber-attaque contre Sony: Pyongyang propose une enquête conjointe

le
0
Cyber-attaque contre Sony: Pyongyang propose une enquête conjointe
Cyber-attaque contre Sony: Pyongyang propose une enquête conjointe

La Corée du Nord a proposé samedi aux Etats-Unis une enquête conjointe sur la cyber-attaque massive dont a été victime fin novembre le groupe Sony Pictures et a nié en être responsable, au lendemain de menaces de rétorsion du président Obama contre Pyongyang."Puisque les Etats-Unis répandent des allégations sans fondement et nous diffament, nous leur proposons une enquête conjointe", a indiqué le ministère nord-coréen des Affaires étrangères."Sans aller jusqu'à recourir à la torture comme l'a fait la CIA américaine, nous avons les moyens de prouver que nous n'avons rien à voir avec cet incident", a ajouté le ministère, cité par l'agence de presse officielle KCNA."Nous ne tolérerons jamais que qui ce soit insulte notre plus haute autorité", a ajouté le ministère, en référence au film "L'interview qui tue", une comédie satirique sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-un. Sony a finalement renoncé à sortir en salles cette comédie après la cyber-attaque d'envergure revendiquée par le groupe de pirates informatiques GOP ("Guardians of Peace"), au cours de laquelle d'innombrables informations ont été dérobées et certaines mises en ligne.Sony a aussi reçu des menaces évoquant les attentats du 11-Septembre pour les salles qui diffuseraient la comédie."Au cas où nous aurions à exercer des représailles, nous ne mènerions pas d'attentats terroristes contre des spectateurs innocents dans des cinémas mais des attaques frontales contre ceux qui se livrent à des activités hostiles" contre la Corée du Nord, poursuit le ministère nord-coréen.Les Etats-Unis s'exposent à "de graves conséquences s'ils refusent notre proposition (d'enquête conjointe) et continuent de se répandre sur des supposées représailles contre nous", conclut le ministère.Vendredi, le président Barack Obama avait promis que les Etats-Unis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant