Cumul des mandats : Valls exhorte le Sénat à dépasser ses «réticences»

le
0
Cumul des mandats : Valls exhorte le Sénat à dépasser ses «réticences»
Cumul des mandats : Valls exhorte le Sénat à dépasser ses «réticences»

Bras de fer à la Haute Assemblée. Le Sénat a entamé ce mercredi après-midi le débat sur l'interdiction du cumul des mandats dans une ambiance tendue. Cette promesse de campagne de François Hollande, recommandée par la commission Jospin sur la rénovation de la vie publique et adoptée en première lecture à l'Assemblée, se heurte toujours à de très fortes résistances (voir chronologie interactive ci-dessous). Et si Manuel Valls, qui défend le texte, s'est montré intraitable, les opposants aux projets de loi ont répliqué tout aussi sèchement.

>> A LIRE. Ces élus champions du cumul des mandats

Résistances à droite, comme à gauche

En ouvrant la discussion, le ministre de l'Intérieur a affiché sa «détermination» à porter ces textes, «véritable révolution démocratique». Le ministre a encouragé les sénateurs à «dépasser les réticences» pour rétablir un lien de «confiance» avec les Français. D'aucuns y ont vu un procès en ringardise... «Vous répondez à l'anti-parlementarisme par le populisme», a grincé le sénateur UMP de la Manche, Philippe Bas.

«Rien n'interdit avec le temps, de dépasser les réticences initiales», a toutefois insisté Manuel Valls face à l'hostilité de nombreux sénateurs de droite comme de gauche (lire encadré ci-dessous). Les deux textes -le premier, un projet de loi organique prévoyant l'interdiction du cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de député ou de sénateur et le second, un projet de loi ordinaire interdisant toutes fonctions exécutives locales aux députés européens- avaient été rejetés par la commission des lois du Sénat.

Valls : «Ce texte sera adopté»

Le ministre a donc tenu à annoncer d'emblée la couleur : «Quel que soit le vote qui sera la vôtre, ce texte sera adopté en dernière lecture à l'Assemblée.» Une déclaration qui n'a pas manqué de provoquer un concert de protestations... «Circulez, y a rien à voir, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant