Cumul des mandats : Hollande impose la réforme à sa gauche

le
0

L'Assemblée nationale devrait adopter sans enthousiasme mercredi la loi sur l'interdiction des doubles mandats. Fer de lance de l'opposition: la gauche sénatoriale.

Les socialistes n'en voulaient pas. François Hollande leur a imposé au forceps le non-cumul des mandats, l'un des combats phares de la maire de Lille, Martine Aubry. Après quatre ans d'atermoiements, de reports, de cafouillages et de contestations internes, le projet de loi sera définitivement adopté, mercredi prochain, à l'Assemblée nationale.

Il interdit aux députés et aux sénateurs d'exercer, à compter des élections législatives de 2017, les fonctions de maire ou d'adjoint, président ou vice-président d'une intercommunalité, d'un syndicat mixte, d'un conseil départemental ou régional, d'une société d'économie mixte, ou de «toute autre collectivité territoriale créée par la loi». Les mêmes interdictions concerneront les députés européens à partir de 2019.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant