Cudmore veut poursuivre Clermont

le
0
Cudmore veut poursuivre Clermont
Cudmore veut poursuivre Clermont

Jamie Cudmore a annoncé son intention de traduire Clermont en justice. Le Canadien accuse le club auvergnat de l’avoir forcé à jouer alors qu’il avait été victime de commotions cérébrales.

Jamie Cudmore n’en démord pas. Après avoir accusé Clermont d’avoir « joué avec sa santé » dans les colonnes du Midi Olympique en août dernier, le Canadien revient à la charge contre son ancien club. En cause, la demi-finale de Coupe d’Europe en avril 2015 face aux Saracens. C’est, cette fois, au Daily Mail que le deuxième ligne a expliqué la cause de sa rancœur envers le club auvergnat. Ce dernier l’avait alors fait revenir sur la pelouse malgré un contact violent : « Quand je suis rentré dans les vestiaires, ils ont commencé à me recoudre et à me faire passer le protocole commotion. [...] Je me souviens parfaitement du doc qui m'a dit : "Non, vous en avez terminé. C'est fini." J'étais désemparé. [...] Je n'avais pas encore retiré mes crampons lorsque j'ai entendu une porte s'ouvrir. Le médecin du club est revenu en me disant : "Jamie, Jamie, comment vas-tu ? Sebby (Sebastien Vahaamahina) ne va pas bien. Peux-tu revenir ? Tu dois revenir ! » « Comme s'ils essayaient de tuer mon mari pour un trophée » Le joueur a fini la rencontre et a même disputé la finale, perdue face à Toulon, deux semaines plus tard. Un match qui s’était également mal terminée pour lui. Deux chocs reçus l’ont particulièrement marqué. Pris de vomissements après un tête contre tête, Cudmore regrette que ses commotions cérébrales n’aient pas été prises plus au sérieux par le club de Clermont. « Je crains vraiment à propos de mon avenir. Je ne veux pas être l'un de ces gars qui ne peut plus se rappeler quoi que ce soit à 65 ans », avoue-t-il. Au point de vouloir monter un dossier juridique contre les Clermontois avec l’aide de sa femme, elle aussi très inquiète de l’état de santé de son mari : « Nous avons vécu une semaine terrible après le match des Saracens. Jamie n'arrivait plus à dormir. Il me disait constamment qu'il entendait ce son étrange dans la tête. [...] C'était comme s'ils essayaient de tuer mon mari pour un trophée », ajoute t-elle. En début août, Franck Azéma était monté au créneau afin de témoigner toute sa confiance à son staff médical, suite aux accusations de Cudmore. L'entraîneur de Clermont avait également ajouté que son club faisait le maximum afin de réduire les risques causés par les commotions.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant