Cuba: les cybercafés fleurissent sur l'île, mais restent chers

le
0
Cuba: les cybercafés fleurissent sur l'île, mais restent chers
Cuba: les cybercafés fleurissent sur l'île, mais restent chers

"J'aimerais bien avoir internet à la maison, mais à Cuba, on ne peut pas", regrette Nancy Garcia, une enseignante de 53 ans. Alors, elle se rend dans des salles publiques de navigation sur la toile, ouvertes récemment dans le pays communiste."J'ai l'argent pour un abonnement, mais ce n'est pas possible de l'avoir à la maison", explique Nancy, qui a vécu 10 ans au Panama. Elle est venue jeudi lire son courrier dans la salle internet de l'emblématique gratte-ciel du Focsa, à deux pas du Malecon, le front de mer de La Havane.Avec l'ouverture de 118 salles publiques de navigation internet dans tous les pays, des centaines de Cubains viennent désormais tous les jours passer quelques minutes à consulter leurs courriers électroniques et surfer sur les réseaux sociaux ou les sites de leur choix, sans censure apparente. S'ils en ont les moyens."Je ne reste pas longtemps, pour ne pas jeter l'argent par la fenêtre", explique Nancy, relayant un reproche unanime des nouveaux usagers de l'internet à Cuba: le coût de la connexion.A 4,5 dollars l'heure, l'accès à la toile reste inaccessible pour la grande majorité des Cubains dont le salaire mensuel moyen atteint à peine 20 dollars."Il y aura toujours des gens qui pourront payer, mais il y en aura toujours davantage qui ne pourront pas", philosophe Nancy. Auparavant, elle devait fréquenter les grands hôtels, où un accès public était possible, à 10 dollars de l'heure pour une connexion insupportablement plus lente."C'est incroyablement cher", confirme à son côté Deisy Perez, actrice et patronne d'un restaurant privé voisin. Deisy est venue explorer les possibilités de commander du matériel audio et video pour son restaurant."Aujourd'hui, je fais une étude de marché, un autre jour je fais un peu de publicité pour le restaurant, mais il faut faire vite, c'est trop cher", regrette-t-elle.Les autorités assurent que leur objectif est d'amener ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant