Cuba autorise sept dissidents à se rendre à l'étranger

le
0
    La HAVANE, 25 février (Reuters) - Le gouvernement cubain a 
accordé à sept dissidents en liberté conditionnelle une 
autorisation exceptionnelle de quitter le pays, geste apparent 
de bonne volonté envers les Etats-Unis avant la visite 
historique que doit effectuer le président Barack Obama dans 
l'île communiste à la fin mars. 
    Quatre autres opposants sous le même régime se sont vus 
refuser cette permission pour des raisons non précisées, 
apprend-on dans leur entourage. 
    Barack Obama a prévu de se rendre à Cuba les 21 et 22 mars, 
couronnement d'un processus de normalisation des relations entre 
Washington et La Havane annoncé en décembre 2014 après plus d'un 
demi-siècle de rupture.   
    Les 11 dissidents figurent parmi les 75 opposants qui 
avaient été emprisonnés dans le cadre de la répression dite du 
Printemps noir de 2003. Ils ont tous été libérés en 2010 et 2011 
sur intervention de l'Eglise catholique et de l'Espagne à 
condition de quitter Cuba. 
    Les 11 récalcitrants, dont les peines vont de 18 à 25 années 
de prison, ont choisi de rester en prison plutôt que 
d'abandonner leur pays. Ils ont fini par être autorisés à 
continuer de purger leurs peine en liberté surveillée. 
    Les sept autorisés à voyager ont été convoqués au ministère 
de l'Intérieur où il leur a été annoncé qu'ils étaient autorisés 
à se rendre à l'étranger. Il leur a également été dit qu'ils 
seraient à nouveau à leur retour sous un régime de liberté 
conditionnelle avec interdiction de se rendre à l'étranger. 
    "Il semble que ce soit une sorte de cadeau qu'ils veulent 
faire à Obama, mais, en réalité, il n'y a rien de concret parce 
que, quand nous reviendrons, nous retournerons dans le flou 
juridique", a déclaré Martha Beatriz Roque, l'une des sept.    
    La Maison blanche a "salué" la décision de La Havane par la 
voix de son porte-parole pour la Sécurité nationale, Peter 
Boogaard. 
    "Nous continuons à encourager le gouvernement cubain à 
autoriser les quatre autres prisonniers à voyager", a-t-il 
ajouté. 
 
 (Daniel Trotta et Nelson Acosta, avec Matt Spetalnick et Arshad 
Mohammed à Washington; Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant