Cuba accusé de "nettoyage ethnique" avant la visite du pape

le
0

LA HAVANE, 19 septembre (Reuters) - Le gouvernement cubain a été accusé vendredi par un groupe de défense des droits de l'home "de nettoyage social" avant la visite du pape, affirmant que des plusieurs milliers de mendiants et de sans-abri avaient été interpellées dans trois villes où doit se rendre le chef de l'Eglise catholique. Les autorités cubaines ne font pas de commentaire sur l'activité de la police. La Commission cubaine pour les droits de l'homme et la réconciliation nationale a exprimé sa "profonde indignation" et sa "préoccupation" au sujet de ces opérations de police qui serait toujours en cours à La Havane, Holguin et Santiago, où le pape est attendu lors de sa visite prévue de samedi à mardi. "Selon nos estimations, il en a résulté l'internement de milliers de mendiants, clochards, miséreux, dérangés mentaux et autres vagabonds vulnérables, pour la plupart sans abri", a déclaré la Commission dans un communiqué. Selon elle, l'opération a été menée avec l'accord des plus hautes autorités. "Ce 'nettoyage social' a pour but de les ôter de la vue des pèlerins, des journalistes étrangers et autres visiteurs", venus pour voir le pape, lit-on dans le communiqué. On ne sait pas ce qui est advenu de ceux qui ont été arrêtés, indique la Commission qui demande publiquement au pape d'intervenir et de travailler à la libération des personnes arrêtées. Selon le dernier rapport annuel de la Commission, Cuba compte 60 prisonniers politiques plus 11 qui sont en liberté conditionnelle et qui n'ont pas le droit de quitter l'île. Selon le rapport mensuel de la Commission sur les militants qui sont interpellés pour activité politique, leur nombre s'élevait à 768 en août. (Daniel Trotta; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant