Cuba : à La Havane, John Kerry plaide pour une «véritable démocratie»

le , mis à jour à 23:33
0
Cuba : à La Havane, John Kerry plaide pour une «véritable démocratie»
Cuba : à La Havane, John Kerry plaide pour une «véritable démocratie»

Cinquante-quatre ans d'attente. Les Etats-Unis et Cuba, qui ont déjà chacun récemment rouvert leur ambassade chez leur voisin, scellent officiellement et symboliquement le rétablissement de leurs relations diplomatiques ce vendredi.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (équivalent du ministre des Affaires étrangères) est arrivé à La Havane, la capitale cubaine, en début d'après midi. Après un court discours, il a assisté au lever du drapeau américain devant l'ambassade, une première en 54 ans.

Pas de «véritable démocratie» à Cuba

Dans une allocation historique sur l'île communiste, Kerry a salué devant l'ambassade des Etats-Unis à La Havane un «moment historique».

Le secrétaire d'Etat américain a également tenu à rappeler que l'administration du président Barack Obama était «fermement favorable» à la levée de l'embargo américain imposé à Cuba, tout en avertissant le gouvernement cubain que «le peuple de Cuba serait mieux servi par une véritable démocratie». Après cet court discours, John Kerry, une main sur le coeur, a donc assisté à la levée de la bannière étoile au son de l'hymne national américain.

Sen. @JohnKerry: "Thank you for joining us at this truly historic moment" as flag is raised. http://t.co/qUw1wo7xzn pic.twitter.com/BnqfVK16TR— CNN (@CNN)— Août 2015

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, lui a répondu que Cuba était disposé à «discuter de tous les sujets» avec les Etats-unis, y compris des droits de l'homme. «Nous avons différentes conceptions de la souveraineté, de la démocratie et des droits de l'homme», a déclaré M. Rodriguez.

Le drapeau américain flotte à nouveau à Cuba

Lors d'une conférence de presse, le secrétaire d'Etat américain a tenté de désamorcer l'hostilité du parti républicain vis à vis de ce rapprochement : «Je ne peux pas imaginer un président (...) jeter tout ça par la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant