CSeries-Une aide publique pour soulager Bombardier-sources

le
0
    par Allison Lampert et Andrea Shalal 
    MONTREAL/WASHINGTON, 27 février (Reuters) - Un projet de 
renflouement par l'Etat du programme CSeries de Bombardier 
 BBDb.TO  verrait la participation de l'avionneur canadien dans 
ledit programme d'avion de transport régional réduite, selon 
deux sources proches du dossier. 
    Le programme serait également retiré des comptes de 
Bombardier, ce qui aurait pour effet de doper ses résultats à 
court terme. 
    Le Canada, la province de Québec et Bombardier aurait chacun 
le tiers du programme CSeries, lequel serait incorporé dans une 
coentreprise distincte disposant de son propre conseil 
d'administration de sept membres, ont expliqué les sources.  
    A l'heure actuelle, Bombardier contrôle 50,5% de CSeries et 
le Québec 49,5%.  
    Le coût de développement et de lancement de cette gamme 
d'avions est de 5,4 milliards de dollars au moins et Bombardier 
ne la voit pas devenir rentable avant encore trois à quatre ans, 
a observé l'une des sources.  
    Une version de l'appareil de 100 places -- la plus grande 
étant de 150 places -- doit entrer en service cette année, après 
moult retards et dépassements de budgets. 
    L'Etat fédéral ne devrait pas investir dans Bombardier 
lui-même, qui devrait ainsi conserver une structure duale dont 
tire parti la famille fondatrice Bombardier-Beaudoin, laquelle 
détient 54% des droits de vote.  
    Une porte-parole de Bombardier s'est refusé à tout 
commentaire.  
    Bombardier a annoncé ce mois-ci son intention de supprimer 
7.000 postes d'ici la fin 2017, un plan social qui sera 
partiellement compensée par des embauches en vue, précisément, 
du lancement commercial de son CSeries.    
     
     
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant