Crues : «Les barrages répondent à deux objectifs contradictoires»

le
0
INTERVIEW - Pour Vazken Andréassian, hydrologue, «même s'il y a eu de fortes inondations localement, il n'y a pas d'inquiétude à avoir pour la région parisienne».

Vazken Andréassian est hydrologue à l'Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture, ex-Cemagref).

LE FIGARO - Faut-il s'inquiéter des risques de crues à Paris?

Vazken ANDRÉASSIAN - La crue concerne surtout quelques rivières de l'amont du bassin de l'Yonne et de la Seine et elle va se propager en s'atténuant. Même s'il y a eu de fortes inondations localement, il n'y a pas d'inquiétude à avoir pour la région parisienne. Pour la Seine et pour Paris, c'est surtout en janvier et en février que l'on surveille de près le niveau des eaux. Toutes les grandes crues ont eu lieu à cette époque. On se trouve alors au maximum des pluies hivernales, la capacité de rétention des sols et des nappes est faible...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant